Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Les prix 2017 de 12 Rounds

Yves Ulysse souriant

Depuis quatre ans la grande équipe de 12 rounds est présente à l’ensemble des galas organisés au Québec. Cette année, il y a eu un total de vingt galas dans la belle province. Comme à notre habitude, nous sommes aussi allés voir quelques galas en Ontario et aux États-Unis.

En cette fin d’année, nous avons pris le temps de réfléchir et de sélectionner les gagnants qui se méritent les mêmes dix prix que l’an dernier. Nous tenons à féliciter chacun des récipiendaires ainsi que tous ceux qui ont donné leur meilleur sur le ring dans les derniers douze mois.

Boxeur de l’année : Yves Ulysse Jr

Si certains préfèrent remettre ce prestigieux prix à Eleider Alvarez suite à ses gains face à Bute et Pascal, pour notre équipe le choix est clairement en faveur de Ulysse, et ce, pour plusieurs raisons.

Yves Ulysse Jr sur HBOTout d’abord, pour sa résilience. Le Montréalais a connu un combat difficile en septembre 2016 et les juges lui ont accordés une défaite par décision partagée fort discutable en octobre dernier. Il a très bien rebondi suite à ces deux jambettes en offrant des prestations inspirés, et ce, sur les ondes de HBO.

Son sens du spectacle et du timing est aussi une raison pourquoi nous l’avons choisi. Sa victoire par KO sur Ochoa en mars, sa totale domination sur Sismundo, alors qu’il venait d’envoyer à la retraite Dierry Jean et Ghislain Maduma, et enfin la leçon de boxe donné à Cletus Seldin.

Enfin, nous souhaitons aussi saluer sa joie de vivre, son sourire rayonnant, sa passion communicatrice et son très bon sens de l’humour. Pour nous, Yves Ulysse Jr n’est pas seulement le boxeur de l’année 2017 au Québec, il représente aussi très très bien l’avenir du noble art québécois.

Combat de l’année : Alvarez-Pascal

Le duel entre Eleider Alvarez et Jean Pascal le 3 juin dernier a été évidemment l’élément attractif principal de la soirée du Groupe Yvon Michel, mais il a aussi offert un spectacle à la hauteur des attentes.

Si les fans de Bute (en février) et ceux de Lemieux (en décembre) ont été déçus. Les supporteurs d’Alvarez ont fêté avec joie la victoire de leur favori. Alors que les fans de Pascal ont reconnu que l’ancien champion du monde a tout donné comme à son habitude et qu’il a donné le meilleur de lui-même.

En bref, un combat de haut niveau qui nous laisse de très beaux souvenirs. Malheureusement, l’équipe vidéo de PBC/Showtime n’a même pas cru bon de mettre en ligne les faits saillants du duel. Malgré cela, voici quelques extraits de ce beau duel.

Promoteur de l’année : Eye of The tiger Management/InterBox

On peut presque se demander si cette catégorie est réellement nécessaire tellement le duo gagnant Camille Estephan/Antonin Décarie est dominant. Sur les vingt galas de boxe présenté en 2017, ils ont été à l’origine de sept d’entre eux en plus de tenir un gala à Verona dans l’État de New York. Mais surtout, la grande qualité des soirées du 28 janvier, 17 juin , 27 octobre et 16 décembre leur apportent une longueur d’avance inatteignable.

De plus, le fait d’avoir recruté Custio Clayton en fin d’année et que présentement Erik Bazinyan pense à faire la même chose, nous prouve hors de tout doute que cette grande organisation domine fortement le paysage de la boxe québécoise.

Gala de l’année : 16 décembre

Évidemment, nous aurions aimé que le dernier combat de la soirée se termine par un retentissant KO de la part de l’aspirant. Malgré cet élément, ce fut toute une soirée; qui a débuté à 17h avec pas moins de douze combats, la présence de HBO impliquant quatre olympiens et mettant en jeu quatre ceintures. On en veut plus souvent des galas de boxe de ce niveau.

Lemieux Saunders

Round de l’année : 6e round Volny-Islas à Toronto

Vous êtes probablement peu nombreux à avoir regardé les images de cette soirée qui a eu lieu au Danforth Music Hall à Toronto le 8 décembre dernier. Deux de nos représentants ont fait fi des risques torontois et ils étaient à quelques pieds du ring lorsque le Montréalais Patrice Volny s’est mesuré au mexicain Martin Islas. Grâce à lacollaboration de Pierre Lavoie, voici ces trois minutes. Soit dit en passant en Ontario un boxeur peut être sauvé par la cloche lors du dernier round…

KO de l’année : Lemieux-Stevens

Il y a eu de nombreux très beaux KO cette année, mais c’est difficile pour nous de faire un autre choix que celui que David Lemieux a obtenu au dépend de Curtis Stevens. L’importance du duel, l’animosité entre les deux boxeurs, la présence de HBO, la violence du coup final sont tous des éléments qui fait ressortir ce KO de tout les autres cette année.

Progression de l’année : Jordan Balmir

Jordan Balmir 28 octobreLe Drummondvillois a débuté la boxe chez les pros en 2016 avec deux combats, un début respectable. Cette année, il a décidé de prendre les bouchés doubles en se battant à cinq reprises. Ce qui est intéressant chez Jordan Balmir, c’est qu’en plus de collaborer avec Rixa Promotions, son père a fait le pari audacieux d’organiser un gala chez lui à Drummondville, une première depuis 10 ans.

Enfin, tout récemment, alors que le Québec avait les yeux rivés sur la Place Bell à Laval, Balmir est allé se battre au Mexique et suite à ce succès, il compte bien répéter l’expérience là-bas en 2018. On peut résumé tout ça avec le mot diversité. Pour conclure, si vous ne connaissez pas tellement ce boxeur, voici le portrait que nous avons fait de lui cet automne.

Recrue de l’année : Christian Mbilli

christian-mbilliLa recrue du Groupe Yvon Michel s’est fortement distingué cette année en décrochant sept KO à ses sept combats. Difficile de faire des reproches au Français d’origine camerounaise qui a même pu faire un combat de huit rounds en France ce mois-ci.

Nous savons déjà qu’il devrait être de nouveau en action en France le 5 mai. Nous souhaitons ardemment que le protégé de Marc Ramsay pourra nous impressionner de nouveau au Casino de Montréal le 15 février ou le 15 mars prochain.

Surprise de l’année : La croissance de la boxe feminine au Quebec

Marie-Eve Dicaire afficheVous le savez, chez 12 Rounds, nous aimons couvrir l’ensemble du grand monde de la boxe professionnelle. Nous remettons notre prix de Surprise de l’année non pas à une personne ou un événement, mais à un groupe de personnes qui ne se sont même pas parlé cette année. Nous souhaitons souligner les Marie-Eve Dicaire, Stéphane Harnois, Vanessa Lepage-Joanisse, Stéphane Joanisse, Kim Clavel, Danielle Bouchard et tous ceux qui ont permis à la boxe féminine d’obtenir une plus grande visibilité.

Danielle Bouchard et Kim ClavelBien sûr que l’on doit féliciter Marie-Eve Dicaire pour ses quatre combats en 2017, mais aussi pour avoir fait deux finales, l’une à Gatineau et l’autre au Casino de Montréal. De son côté, Vanessa Lepage-Joanisse s’est rendu au Mexique pour se battre en championnat du monde, rien de moins. Enfin, Kim Clavel a signé un contrat avec Eye of The Tiger Management et elle a obtenu beaucoup de visibilité autant le 27 octobre, lors de son faux départ, que le 16 décembre. Enfin, mentionnons aussi que l’ontarienne Jessica Camara s’est battu à deux reprises au Québec et que le 16 décembre nous avons pu voir à l’oeuvre la double médaillée d’or olympique britannique Nicola Adams. 

Déception de l’année : Le dossier Stevenson-Alvarez

Si l’an dernier, lors de notre bilan annuel, nous avons rassemblés les nombreux changements d’avis d’Yvon Michel, cette année nous devons reconnaître que le promoteur montréalais a eu beaucoup plus de suite dans ses déclarations.

Malheureusement, c’est clairement pas lui le décideur dans ce dossier et il doit regretter amèrement sa déclaration du 3 juin : « J’ai 30 jours pour m’entendre avec moi-même ». La situation est rendu tellement loufoque que l’équipe de RDS a fait un montage à la fin du mois de novembre pour souligner le deuxième anniversaire de l’obtention du statut d’aspirant obligatoire d’Eleider Alvarez.

Adonis Stevenson-eleider alvarez

L’une des choses les plus inexplicables dans ce dossier est pourquoi un appel d’offre n’a toujours pas été appelé par la WBC? Si certains considèrent encore la WBC comme l’organisation la plus prestigieuse, pour nous elle est clairement la moins respectueuse de ses propres règlements, pour ne pas dire la plus corrompue.

En terminant, nous devons vous avouer que nous sommes déçus par ce dossier, mais aucunement surpris. Dans ce sens, nous vous rappelons l’article que nous avons publié le 30 août dernier et qui est intitulé: Pourquoi Stevenson VS Badou Jack aura lieu bientôt

 

4 Comments

  1. Pingback: Bilan de fin d'année : Rixa Promotions

  2. Pingback: Bilan de fin d'année : Groupe Yvon Michel

  3. Pingback: Bilan de fin d'année : EOTTM/InterBox

  4. Pingback: Qui sera le premier en championnat du monde; Yves Ulysse Jr, Mathieu Germain ou Batyr Jukembayev ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils