Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Christian Mbilli en finale dans le sud de la France

Aguinaga M'billi

Par Jean-Luc Autret

Christian Mbilli affiche 27 juilletDemain en fin d’après-midi (heure du Québec), Christian Mbilli (10-0-0, 10 KO) sera pour la première fois de sa carrière professionnelle la vedette d’un gala de boxe. Le duel se tiendra dans le sud de la France à quelques minutes de Nice, à Le Cannet précisément, et ce, en plein air dans un théâtre. C’est l’ancien champion du monde Français, devenu promoteur, Brahim Aslou qui organise ce gala qui se terminera par un duel entre l’ex-Olympien français et le Mexicain invaincu Ramon Aguinaga (13-0-0, 9 KO) et qui impliquera la première défense du titre junior de la WBC de Mbilli. Pour les intéressés, ce sera diffusé en France sur les ondes de SFR Sports.

L’évolution de la carrière de  Christian Mbilli

Arrivée au Québec en janvier 2017, Christian Mbilli est le premier olympien de Rio en 2016, toutes catégories confondues, à avoir accumulé dix victoires professionnelles. Si le Groupe Yvon Michel (GYM) reçoit plus souvent qu’à son tour des reproches, on peut dire que le promoteur montréalais a délivré amplement à ce jour pour le boxeur qui a grandi à Montargis en France.

Pour mieux connaître son parcours amateur, nous vous invitons à lire ou relire le portrait que nous avons fait de lui à son arrivée au Québec. Pour faire avancer rapidement la carrière de celui qui a été champion d’Europe chez les juniors en 2013, son promoteur a choisi de faire différentes alliances stratégiques. Regardons cette stratégie en détails.

Eric Keurig Christian Mbilli et Yvon MichelTout d’abord, en février 2017, trois jours avant le premier combat de Mbilli, GYM annonce avoir cédé une partie des droits de promotion de son jeune protégé à Rixa Promotions pour lui permettre de monter sur le ring plus souvent. Bien que le projet initial prévoyait que Mbilli participerait à plusieurs galas de Rixa à la Tohu, ce n’est arrivé qu’une seule fois, soit en avril 2017.

En août suivant, GYM envoie son protégé à Brampton en Ontario sur une carte de Lee Baxter, celui qui a organisé Stevenson-Jack à Toronto en mai dernier. Le boxeur de 23 ans est alors rendu à son 5e combat et son premier d’une durée de six rounds. Et comme pour toutes ses autres sorties sur le ring, le duel se termine par une victoire par KO.

Dans un silence médiatique québécois total, Yvon Michel met de côté son entente avec Rixa Promotions et il s’associe en juin 2017 à la télévision française SFR Sports ainsi qu’avec le promoteur Brahim Asloum, un ancien champion du monde français.

Mbilli en décembreL’entente entre GYM et Asloum Event est d’une durée de quatre ans et elle vise à développer la carrière de Mbilli autant au Québec qu’en France. C’est ainsi que l’Olympien monte sur des rings français en octobre et en décembre dernier. Le duo de promoteurs projettent de nouveaux combats les 31 mars et 5 mai dans l’Hexagone, mais c’est plutôt au Canada qu’il progresse en rafale en mars, avril et mai.

Sa dernière sortie, le 19 mai à Toronto, en sous-carte de Stevenson-Jack, lui permet de mettre la main sur le titre junior de la WBC des poids moyens. Curieusement, son rival argentin est âgé de 36 ans… mais comme c’est fini au 3e round, on va oublier cette Xe entorse aux règlements de la WBC.

On passe aux choses sérieuses avec Ramon Aguinaga

Demain soir, Mbilli aura devant lui, pour la première fois de sa carrière professionnelle, un boxeur qui va réellement tenter de l’emporter et qui pourrait bien forcer les juges à trancher au terme des huit rounds d’action.

Le Mexicain de 26 ans est bien connu du clan Mbilli. Ramon Aguinaga a surpris Shakeel Phinn en décembre dernier au Casino de Montréal en l’emportant par décision majoritaire (79-73, 78-74, 76-76). Les combinaisons et la vitesse des mains d’Aguinaga a laissé aucun doute dans la tête des amateurs, le Mexicain méritait pleinement la victoire. Ramon Aguinaga nous a confié avoir été surpris par la carte du juge qui a vu le combat nul.

Ce soir-là, pas très loin du ring, Christian Mbilli a pu voir son partenaire d’entraînement Shakeel Phinn être poussé dans ses derniers retranchements. De plus, son entraîneur principal de demain, Samuel Décarie, était dans le coin de Phinn. Bref, si ça tourne mal à Le Cannet, l’excuse de la surprise ne sera pas accepté.

Le Mexicain n’a pas seulement sa victoire à Montréal sur son tableau de chasse. Il a été champion amateur du Mexique à quatre reprises (3 fois à 165 livres et une fois à 178 livres), sa fiche amateur est de 51 victoires et seulement deux défaites. Il a pu compter sur l’appui d’un promoteur mexicain, Promociones El Jefe, pour ses onze combats au Mexique. En octobre dernier, il a remporté un titre mineur de la WBC à 168 livres et en avril, il a aussi remporté un autre combat sur la route, en Argentine. 

De plus, parmi plus d’une centaine de boxeurs mexicains actives à 160 livres, le site boxrec considére Aguinaga comme le 4e meilleur, derrière évidemment Saul Alvarez. Bref, un client sérieux pour savoir qu’est-ce que vaut réellement Mbilli.

En vue de sa préparation pour affronter Mbilli, Aguinaga a pu compter sur un délai de 13 semaines. « Je ne considère pas que je suis désavantagé parce que Mbilli et son équipe mon vue à l’oeuvre en décembre. Chaque combat se déroulent différemment et sur le ring tout peut arriver peu importe ton plan de match initial », affirme celui qui est arrivé en France hier.

Ramon aguinaga champion mexicain« Nous avons pu regarder plusieurs vidéos de Mbilli et on a décelé quelques erreurs qu’il commet à l’occasion. C’est un boxeur qui aime être à courte distance, je crois que ses meilleurs coups ce sont ses crochets, qu’il lance autant à la tête qu’au corps. Mon entraîneur et moi avons préparés plusieurs stratégies pour l’emporter. Je suis un boxeur technique qui aime être à distance, mais je suis aussi très à l’aise dans le corps-à-corps. Mon but est toujours le même, touché sans être touché !!! Ce qui est certain, c’est que vous garantie que vous aurez droit à un bon spectacle », a conclu celui qui a traversé l’Atlantique en compagnie de son entraîneur de longue date.

Le clan de Christian Mbilli respecte Aguinaga

Tel que mentionné plus haut, Christian Mbilli devait se battre au printemps en France, mais Asloum Event a reporté la tenue de ses galas. Par contre, le clan du Montréalais d’adoption a contacté le Mexicain suite à son triomphe sur Phinn. Initialement, celui-ci a refusé parce que le délai de préparation était trop court, puis en mai les deux équipes en sont venus à un accord pour l’affrontement de demain.

Christian Mbilli et Marc RamsayChristian Mbilli ne pourra compter sur les services de son entraîneur Marc Ramsay, puisque celui-ci concentre ses énergies pour supporter Eleider Alvarez qui affronte Sergey Kovalev le 4 août. Demain, l’équipe Mbilli sera composé de Samuel Décarie, l’un des adjoints de Ramsay depuis quelques années, de Vincent Auclair et de Éric Godey du club de Montargis, le premier entraîneur de boxe de Mbilli.

« Nous sommes conscients que ce combat est une bonne marche par en avant pour Christian. On a jamais refusé un défi et quand l’on nous a proposé d’affronter Aguinaga, on a dit oui sans problème. C’est un boxeur intelligent, qui se déplace bien, qui aime lancer des combinaisons et qui a les mains vives. Mais, Christian est très talentueux et sa préparation a très bien été. Nous avons pleinement confiance en ces moyens et on vise beaucoup plus loin qu’un combat comme celui-ci », nous explique Samuel Décarie, qui était aussi le matchmaker de GYM à l’époque de Phinn-Aguinara.

Shakeel Phinn Christian Mbilli« Christian est arrivé en France il y a une dizaine de jours et comme Marc ne peut se déplacer, il a invité son entraîneur de jeunesse à l’accompagner de nouveau. À Montréal, il a pu mettre les gants à de nombreuses reprises avec Shakeel Phinn et Patrice Volny. Ce sera une belle expérience pour Christian de se battre en finale en France. Comme d’habitude, on ne vise pas le KO, mais si Christian entrevoit une ouverture, il n’hésitera pas et il va tenter d’achever son rival », affirme Samuel Décarie.

Selon une source française proche du clan Mbilli, l’équipe de Brahim Asloum projette de lui offrir un autre combat en France en octobre prochain. Considérant, que le duel de demain sera le quatrième combat de 8 rounds et une défense de son titre, il est tout à fait logique qu’à l’automne Mbilli passe aux 10 rounds et qu’il améliore rapidement son classement à la WBC, qui le considère actuellement comme le 39e aspirant à la ceinture détenue par Gennady Golovkin.

One Comment

  1. Pingback: Les québécois dans les classements mondiaux – août 2018

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *