Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Encore un upset à Sorel !!!

Jesus Perez domine David Theroux

Par Jean-Luc Autret

Hier soir dans un très beau, mais très froid, décor du moderne Quai Catherine-Legardeur l’équipe d’InterBox nous a offert une carte fort intéressante. Il s’agissait de la cinquième soirée de boxe à Sorel depuis trois ans, mais de la première depuis un an et demi.

David theroux 14 decCurieusement, comme ce fut le cas lors des trois derniers galas dans la ville du Survenant, une surprise a gâché la fin de la soirée des quelques 300 spectateurs. Donc, après les revers de Guillaume Coudé, Ayaz Hussain et pour une seconde fois David Théroux, la ville de Sorel est offficiellement devenu la capitale du upset.

Théroux s’incline par décision majoritaire

La vedette locale, David « Les mains d’acier » Théroux (13-3-0, 9 KO) nous a offert une performance spectaculaire comme il nous a habitué. Son rival mexicain, Jesus Perez (21-0-0, 16 KO) avait une fiche parfaite en quittant pour la première fois le Mexique. Lui, qui n’avait jamais livré un combat de huit rounds, s’est présenté à Sorel avec un parcours pas si impressionnant que ça, la fiche de ses rivaux passés est d’un peu flatteur 20-132-7. Rien, normalement, pour faire peur à un boxeur comme Théroux.

Perez bat TherouxAprès ce combat endiablé, le boxeur, qui fêtera son 24e anniversaire dans moins d’un mois, a reconnu ne pas être satisfait de sa performance et aussi avoir été surpris par l’intensité de son rival dès le début du duel. En effet, tout au long des huit rounds, Perez a été celui qui a lancé le plus de coups, les juges lui ont accordés la victoire par décision majoritaire (78-74, 78-74, 76-76).

Après une troisième défaite, il approche le temps des réflexions pour David Théroux. Lui qui est et qui restera un bagarreur dans le ring encaisse beaucoup de coups. Encore tout jeune, le protégé de Stéphan Larouche devrait envisager une réorientation de carrière parce qu’à ce rythme-là son corps sera grandement hypothéqué dans quelques années. Pour ce qui est de ce Jesus Perez, nous aimerions bien le voir de nouveau en action face à Ablai Khussainov, le demi-finaliste de la soirée, ou encore Mathieu Germain.

Clovis et Ablai remportent des décisions

Ablai KhussainovLe protégé d’Anna Reva, Ablai Khussainov (7-0-0, 5 KO) était opposé à un Jesus mexicain qui sortait de son pays aussi pour la première fois, Jesus Silveria (8-5-2, 3 KO). Contrairement à Théroux, le boxeur Kazakh a été en mesure de s’imposer et il l’a emporté par décision majoritaire (59-55, 59-55, 57-57).

Clovis DroletDe son côté, le boxeur de Québec, Clovis Drolet (4-0-0, 2 KO) a poursuivi son apprentissage chez les professionnels en complétant son quatrième et probable dernier combat de quatre round. Son rival mexicain, Eduardo Tarango (3-2-0, 1 KO) a terminé le duel debout et il n’a pas tellement fait souffir le boxeur de 26 ans. Les trois juges ont remis des cartes identiques de 39-37.

La relève d’Anna Reva

Artur ZiyatdinovTrois autres boxeurs de la filière d’Anna Reva était aussi en action. Le Russe de 21 ans, Artur Ziyatdinov (3-0-0, 3 KO) a été sans pitié pour Mauro Romero (3-3-0, 3 KO). Le Mexicain a visité le plancher à deux reprises au premier round et un solide crochet au corps a mis fin au duel à la dernière seconde des trois minutes du premier échange.

Nurzat SabirovLe super moyen Nurzat Sabirov (4-0-0, 4 KO) a aussi ajouté un KO à sa fiche en dominant totalement son adversaire mexicain Francisco Garcia (6-4-0, 5 KO). Celui-ci a démontré beaucoup de résilience en encaissant les claques de Sabirov, lui qui était classé 5e meilleur boxeur amateur sur son continent avant de passer chez les pros.

Sagement c’est l’arbitre qui a décidé de mettre un terme aux échange à 1:50 du 4e round. Garcia n’était toujours pas allé au plancher, mais c’était évidemment qu’il ne pourrait l’emporter. La résistance de Garcia nous porte à souhaiter le revoir face à des boxeur comme Shakeel Phinn ou Erik Bazinyan.

Andranik GrigoryanDe son côté, le poids plume arménien Andranik Grigoryan (4-0-0, 1 KO) en était déjà rendu à son second duel de six rounds, lui qui a fait ses débuts pros en Russie. Son rival, Emmanuel Armendariz (12-4-2, 5 KO) n’était tout simplement pas de taille avec le protégé de l’entraîneur russe Mikhaïl Romanchuk. Les juges ont remis des cartes identiques de 60-54.

De plus, un protégé de Golden Boy Promotions, l’américain Damon Allen (14-0-1, 5 KO) a ajouté une victoire par décision unanime à sa fiche sous les yeux du légendaire Bernard Hopkins.

Rivas et Mbilli l’emportent en France

Comme à notre habitude, nous avions des yeux tout le tour de la tête hier et nous avons pris des nouvelles des représentants du Groupe Yvon Michel qui étaient en action hier en France.

Le Montréalais d’adoption Oscar Rivas (21-0-0, 16 KO) était impliqué dans un combat vitrine pour intéresser le clan du reptilien Johan Duhaupas à l’affronter au printemps. Affaibli par une sévère grippe, l’olympien colombien s’est rendu à la limite des dix rounds face à l’Espagnol Gabriel Enguema (8-4, 5 KO). Cette performance ordinaire de Rivas ne devrait pas nuire à la réalisation du projet Duhaupas-Rivas, mais qu’au mieux le Français sous-estimera peut-être Rivas. Ce duel est prévu pour le 31 mars prochain.

De son côté, Christian Mbilli (7-0-0, 7 KO) a respecté la logique en se défaisant de Robert Swierzbinski au cinquième round. Tout comme les David Lemieux, Hassan N’Dam, Tommy Langford et Chris Eubank Jr, Mbilli a dominé de bout en bout son rival polonais. Pour sa part, l’olympien français devrait remonter dans un ring français les 31 mars et 5 mai 2018. En terminant, voici un très beau reportage français de 15 minutes sur le jeune protégé de Marc Ramsay. 

SOLIDE

Savoir payer le prix imposé par ses objectifs. #solide 14 décembre paris Levallois-Perret, SFR Sport

Posted by Christian Mbilli Officiel on Tuesday, December 12, 2017

2 Comments

  1. Johnnypout@live.ca'

    Johnny Poutine

    16 décembre 2017 at 13 h 27 min

    On critique régulièrement GYM dans son travail de promoteur (et souvent avec raison) mais je voudrais savoir ce que vous pensez du travail de gérance de l’équipe de Théroux?

    Je trouve ça assez ordinaire, le kid a seulement 23 ans et on semble le brûler au lieu de l’encadrer pour le faire progresser.

    Bien d’accord qu’il devra avoir une bonne réflexion sur son avenir; accrocher les gants ou changer son environnement (gérant et entraîneur). Je crois que par son style il aurait plus de succès avec les frères Grant ou Ian Mckillop. À suivre

  2. Pingback: Bilan de fin d'année : Groupe Yvon Michel

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils