Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

L’Heure Juste du 27 février 2016

Renan St-Juste l'Heure juste

Par Renan St-Juste

La boxe est un sport très dur pour le corps, tout le monde le sait. Les blessures sont nombreuses, des blessures banales mais aussi des blessures plus sérieuses. Entre autres, les yeux subissent souvent de graves chocs. Il y a un an et demi, j’ai été victime d’un décollement de la rétine qui a nécessité une opération nommée « vitrectomie ».

L’autre jour, nous avons appris avec regret l’annulation du combat d’Oscar Rivas, qui a, lui aussi, subit des blessures à ses yeux et qui a également été opéré à deux reprises. Cela m’amène à vous parler de ma perception de cet événement.

La santé du boxeur est la priorité première lors d’un combat. Souvent, les fans, les promoteurs et les boxeurs sont déçus de ne pas recevoir le OK du médecin lorsque l’athlète ne passe pas ses examens d’avant-combat. Beaucoup de dépenses ont été effectuées et bien du temps a été consacré à l’entraînement, mais le médecin qui prend une telle décision le fait pour le bien du boxeur. Plusieurs villes ou états ont leurs propres critères d’évaluation médicale, ce qui explique que Rivas s’est battu au Québec et dans l’état de Washington en 2015. 

VitrectomieJ’ai été chanceux, j’ai fait deux combats depuis mon opération et tout s’est bien passé. La vitrectomie est une opération d’une vingtaine de minutes, donc, ce n’est pas très long, mais la récupération elle prend du temps. On doit rester en position assise ou couchée, de façon à ce que la tête soit penchée vers l’avant pendant au moins une semaine. Après, on a droit à plusieurs rendez-vous avec le chirurgien pour être certain que tout est bien rentré dans l’ordre. Donc, même si on a la confirmation du médecin, le boxeur n’est plus jamais le même, il y a toujours une crainte lorsqu’il remonte sur le ring que ce soit à l’entraînement ou lors d’un combat. Mais un boxeur reste ce qu’il est, il lui en faut souvent beaucoup pour ne pas dire OUI à un combat,  souvent même si sa santé est en jeu.

Un décollement de la rétine arrive souvent aux personnes âgées et aux pratiquants de sports de combat ou avec contact. Le problème, s’il est corrigé très tôt, a de très bonnes chances d’être guéri, avec une très faible baisse de la vision, ce qui a été mon cas. Le bon côté aussi, en ce qui me concerne, est que le problème est apparu à 42 ans. Depuis l’âge de 16 ans que je pratique des sports de combat, alors, je me considère chanceux. En conclusion, c’est sûr que c’est dommage pour Oscar Rivas, mais je dis un gros bravo à ce médecin, car il lui a peut-être évité un plus grave accident.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *