Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Bermane Stiverne: «J’ai reçu très tard hier soir un appel téléphonique de Mike Tyson!»

Par Martin Achard

Le nouveau champion WBC des poids lourds, Bermane Stiverne, ainsi que son gérant Camille Estephan, ont participé cet après-midi à une conférence téléphonique avec sept ou huit représentants des médias québécois. Plusieurs éléments extrêmement intéressants en sont ressortis quant au futur de celui qui a signé un coup d’éclat samedi dernier en stoppant Chris Arreola au 6e round sur les ondes d’ESPN, pour devenir ainsi le premier Haïtien d’origine à remporter une ceinture majeure dans la catégorie reine de la boxe.

10368257_10152502586811042_2605311293399313878_nStiverne a avoué qu’il réalisait toujours mal ce qui lui arrivait: «Je m’imaginais que, trois jours après le combat, je serais plus joyeux que je ne le suis maintenant…», a-t-il même laissé tomber, de façon étonnamment franche. «Je vois toutefois que, dans les médias sociaux, mon nom a déjà pris une autre résonnance. Et oui, ça me fait chaud au cœur de me rattacher à la prestigieuse liste des champions poids lourds du WBC. J’ai même reçu très tard hier soir un appel téléphonique de l’un de ces anciens champions, nul autre que Mike Tyson, qui tenait à me féliciter».

Questionné à savoir s’il ressentait une sorte de sentiment d’urgence de livrer des combats significatifs, considérant qu’il a déjà 35 ans, Stiverne a répondu par la négative: «Non, je ne me sens pas du tout comme quelqu’un de 35 ans. À vrai dire, je me sens beaucoup plus jeune, peut-être parce que je n’ai encore eu à vivre aucune guerre intense dans le ring».

Enfin, Stiverne s’est montré évasif lorsque l’auteur des présentes lignes lui a demandé s’il était vrai que, comme l’ont rapporté certains journalistes américains, il aurait l’intention d’obtenir la citoyenneté américaine. Il a d’abord éclaté de rire, puis s’est contenté de dire: «J’habite aux États-Unis. Disons que je suis en mode réflexion».

De son côté, Estephan paraissait pleinement conscient de la signification du triomphe de Stiverne pour l’organisation qu’il dirige, Eye of the Tiger Management (EOTTM). «Il y a plusieurs firmes de promotion très respectables qui œuvrent depuis beaucoup plus longtemps que nous, et dont l’un des boxeurs n’a jamais mis la main sur un titre aussi prestigieux», a-t-il fait remarquer. «Or c’est un résultat que nous avons été capables d’atteindre en quelques années à peine».

Lorsque l’auteur des présentes lignes lui a demandé si Don King, contre qui Stiverne est allé en cours récemment, saurait contribuer, comme promoteur, à protéger les intérêts du nouveau champion, Estephan a fait la réponse que voici: «Nous sommes très contents de l’entente qui est finalement intervenue avec Don King, et nos relations avec lui sont à l’heure actuelle bonnes. La présence d’un promoteur légendaire comme lui dans notre coin peut même être vue comme un plus pour nous. De toute façon, c’est nous qui gardons le contrôle de la destinée de Bermane».10154370_10152503666231042_7041523464142913091_n

Finalement, Estephan a expliqué que, à ce stade, tout demeurait possible pour la première défense de titre de son protégé, qui pourrait donc avoir lieu soit contre Deontay Wilder (l’aspirant obligatoire), soit contre Wladimir Klitschko (le champion des autres associations), soit contre un autre adversaire, au cours d’une défense optionnelle. «J’ai parlé avec Mauricio Sulaiman, le président du WBC, et il m’a dit qu’il voulait faire ce qui est bon pour la boxe», a confié Estephan. «De notre côté, nous allons écouter toutes les offres. Contrairement à ce qui a été dit dans certains médias, il n’y a pas d’obligation pour nous d’affronter tout de suite le premier aspirant, Deontay Wilder. Tout le monde sait que Bermane peut donner du fil à retordre à n’importe qui dans la division, y compris Klitschko. Ce dernier a d’ailleurs manifesté au cours des derniers jours de l’intérêt pour un combat contre Bermane».

Et qu’en est-il de la possibilité d’un combat au Québec? «Bien sûr, nous aimerions que l’une de nos défenses de titre ait lieu à Montréal», a répondu Estephan. «Je crois que Bermane serait capable de remplir le Centre Bell, car sa spectaculaire victoire sur Arreola a attiré de nouveau l’attention des amateurs vers la division des lourds. Mais pour l’instant, nous ne pouvons garantir que le prochain combat de Bermane aura lieu à Montréal».

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.