BUTLERvsCOOK_EVENKO
Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Les boxeurs québécois et les classements mondiaux – juin 2016

Adonis Stevenson et son équipe

Par Jean-Luc Autret

Il y a eu beaucoup de mouvements chez les boxeurs québécois depuis la dernière parution de ce type d’article. Mais comme l’actualité a tellement été chargé dans les derniers mois, nous avons repoussés à quelques reprises notre mise-à-jour. Maintenant, après un long blitz de galas en mai et juin, nous vous offrons un tour d’horizon des boxeurs d’ici qui performent le mieux sur la scène mondiale.

Bermane Stiverne (25-2-1, 21 KO), 2e WBC, 7e WBA, 15e IBF, 6e« The Ring », poids lourds

Bermane Stiverne a l'entrainementLe poids lourd qui a été longtemps associé à Camille Estephan n’a eu droit qu’à un seul combat depuis son revers en janvier 2015. Malheureusement, sa victoire par décision sur Derric Rossy n’a même pas été présenté à la télé américaine. Malgré cela, il est encore fréquemment nommé dans les rumeurs pour les prochaines défenses des différents champions chez les lourds et il conserve des classements de qualité.

Soulignons que PBC a fait un bien mauvais choix en offrant Chris Arreola à Deontay Wilder au lieu de Stiverne. À titre comparatif depuis leurs deux combats, Arreola a récolté une décision dans un huit rounds, une nulle majoritaire lors d’un 10 rounds et en décembre dernier il a été disqualifié pour usage de marijuana après avoir pénible gagné un 12 rounds face à Travis Kauffmann. Bref, rien pour mériter d’affronter Wilder.

Adonis Stevenson (26-1-0, 21 KO), champion WBC,  2e « The Ring », poids mi-lourds

Inactif depuis le 11 septembre, le champion déchu de « The Ring Magazine » va remonter sur le ring le 29 juillet à Québec face à un autre cogneur gaucher, Thomas Williams Jr. Ce duel ne va probablement pas attirer une grosse foule puisqu’il  sera présenté en plein milieu des vacances de la construction, mais Williams est un aspirant bien plus légitime que les Karpency, Bika et Sukhotsky.

Lors de l’annonce de ce combat, la déclaration de Stevenson à l’effet qu’il affrontera bientôt Kovalev nous a fait sourire. Disons que le parcours du champion du Groupe Yvon Michel ne s’approche pas tellement du temple de la renommée. En terminant, le titre du gala « Shootout » peut difficilement être plus mal choisi alors qu’il a été dévoilé peu de temps après l’attentat à Orlando.

Eleider Alvarez (19-0-0, 10 KO), champion argenté WBC, 1er WBC, 4e « The Ring », poids mi-lourds

Le Montréalais d’origine colombienne est bien patient avec son promoteur et son gérant américain. Aspirant no 1 à la WBC une première fois en octobre 2014 en passant le KO à Rino Liebenberg, il a retrouvé cette place le 28 novembre dernier en dominant Isaac Chilemba. Pourquoi doit-il passer après les Sukhotsky, Bika, Karpency et maintenant Williams Jr? L’explication de son manque de notoriété aux USA est insuffisante pour être crédible. D’autant plus que Chilemba va affronter Kovalev en Russie le 11 juillet.

Signe qu’Alvarez n’est pas assez estimé par son équipe, il est le plan B de Chad Dawson qui préférait affronter le Polonais Fonfara, mais un rapide KO a changé les plans. Évidemment, c’est beaucoup plus intéressant pour le public ce duel que celui avec Maximilliano Jorge Gomez (22-5-0, 9 KO), un gars incapable de décrocher un titre mineur. Mais soyons réaliste, pourquoi Alvarez doit affronter un gaucher d’aussi bonne qualité alors qu’on lui promet un combat de championnat du monde en décembre? La logique voudrait que ce soit un combat de maintien au lieu de Dawson. Ce fera-t-il surprendre comme ce fut le cas d’Amir Iman?

Artur Beterbiev, (10-0-0, 10 KO), champion NABA, NABO et IBF nord-américain, 2e IBF, 4e WBO, 4e WBA, 4e WBC, 8e « The Ring », poids mi-lourds

Artur Beterbiev à l'entrainementLa longue inactivité du Tchétchène l’a fait légèrement reculé de quelques rangs passant de 2e et 3e au 4e rang dans deux associations. La très faible foule payante du 4 juin dernier devrait faire réfléchir le Groupe Yvon Michel. Pourquoi un boxeur aussi talentueux n’attire pas plus de spectateurs? Beaucoup moins patient qu’Eleider Alvarez, l’ancien champion du monde amateur aurait aimé se battre à deux reprises avant d’entamer son ramanda, on nous dit même qu’il a menacé son promoteur de retourner en Russie.

Après s’être défait aisément d’un gars qui avait aucun victoire significative et que son seul fait d’arme était de ne pas avoir subi de KO face à Edwin Rodriguez et Thomas Oosthuizen, nous avons hâte de revoir Beterbiev en septembre. Bien qu’Yvon Michel affirme que la prochaine fois Al Haymon « va débloquer les ressources nécessaires pour trouver les adversaires qu’il faut pour Artur Beterbiev », nous vous répétons que le plan de match est d’attendre après le 19 novembre (Kovalev-Ward) pour organiser un combat éliminatoire avec l’IBF pour le poste d’aspirant mi 1. 

Jean Pascal (30-4-1, 17 KO), 13e WBC, 14e IBF, poids mi-lourds

Freddie Roach coin de Jean PascalEn moins d’un an, Pascal a subie deux corrections face à Sergey Kovalev et livrer un combat difficile face à Yunieski Gonzalez. Jean Pascal a mérité amplement du repos et des vacances pour se changer les idées. Son courage, sa détermination et sa constante recherche des plus grands défis l’a amené à être vaincu mais, du même coup, il s’est attirer le respect de bien des amateurs.

Pour son retour à l’automne, ce serait formidable d’assister à un combat avec le Floridien d’origine cubaine Sullivan Barrera (17-1-0, 12 KO). Uniquement vaincu par Andre Ward, l’ancien champion du monde junior chez les amateurs devrait être facilement approuvé par HBO.

Schiller Hyppolite (21-1-0, 14 KO), champion de la Francophonie, 7e WBC, poids super moyens

Jean-Francois Bergeron Schiller HyppoliteLe protégé de Jean-Francois Bergeron a démontré beaucoup de résilience au printemps. Malgré des chutes face à Darnell Boone et à Pablo Nievas, « Batman » a trouvé le moyen de l’emporter. Par contre, on peut clairement suspecter sa capacité à encaisser les coups des DeGale, Ramirez ou de l’un des frères Dirrell.

Son retour est prévu en septembre, lors du gala de Eye of the Tiger Management au Centre Bell. Il serait bien surprenant qu’il obtienne un combat sur les ondes de HBO, mais la présence du télédiffuseur américain permettra à son équipe de lui offrir un autre adversaire de qualité et de poursuivre son apprentissage.

Lucian Bute (32-2-1, 25 KO), 9e WBC, poids super moyens

Angel Heredia Lucian ButeL’attente est bien pénible pour Lucian Bute qui a vu sa réputé profondément entaché par l’ostarine un mois après un verdict nul surprenant avec Badou Jack. La WBC a classé Bute 6e aspirant peu de temps après le 30 avril, déjà rétrogradé 9e, il pourrait bien continuer à descendre dans les prochains mois. Après ses deux performances contre les champions IBF et WBC, Bute n’est pas prêt de prendre sa retraite mais comment pourra-t-il relancer sa carrière et peut-il de nouveau aspirer à un titre mondial?

En cas de résultat positif de l’échantillon B, le Québécois d’origine roumaine risque une suspension de seulement quelques mois. Au lieu de faire un retour en 2017 face à un boxeur totalement inconnu des amateurs, genre Andréa Di Luisa, ce serait bien plus intéressant de l’opposer à un Schiller Hyppolite ou même Francy Ntetu.

David Lemieux (35-3-0, 32 KO), champion NABO, 3e WBC, 4e WBO, 9e IBF, poids moyens

David Lemieux champion NABOLa performance du cogneur montréalais en sous-carte de Canelo-Khan a redonné du lustre à sa notoriété. De plus, la présence du titre NABO l’a rapidement approché d’un combat avec Billy Joe Sanders, le champion anglais à la WBO, le seul titre que Golovkin ne possède pas à 160 livres.

HBO vient de régler la situation de Canelo en lui offrant Liam Smith le 17 septembre. Leur priorité est présentement au dossier Golovkin, puis ils s’attaqueront au cas de Lemieux qui devrait se battre le 10 ou le 24 septembre sur leur ondes. L’adversaire le plus probable est certainement Curtis Stevens, un cogneur New-yorkais qui a aussi résisté à Golovkin pendant huit rounds. Un tel duel est une garantie que le combat sera excitant.

Steven Butler (16-0-1, 13 KO), champion IBF Junior, 15e IBF, poids super-mi-moyens

Le jeune prodige de Estephan a droit à un troisième combat en moins de quatre mois le 7 juillet prochain alors qu’il affrontera Robson Assis, un vétéran brésilien qui a été vaincu en huit rounds par Samuel Vargas. On peut dire que son promoteur ne lésine pas dans la qualité de ses rivaux. Depuis décembre, ses adversaires, incluant Assis, ont une fiche combinée de 69-3-0. Bien sûr, aucun d’eux deviendra champion du monde, mais Butler a besoin d’accumuler de l’expérience et de compléter des rounds.

Après son combat du 7 juillet, le jeune homme de 20 ans va se préparer pour un autre combat en septembre en sous-carte de David Lemieux. Son promoteur Camille Estephan aimerait bien l’opposer prochainement à l’Ontarien Brandon Cook (17-0-0, 10 KO), le champion NABA est présentement classé 8e à la WBA. Bien qu’il s’agirait d’un défi d’importance le clan de Butler souhaite prendre leur temps avec lui et le développer encore pendant quelques années avant de l’opposer à l’élite des 154 livres.

Kevin Bizier (25-3-0, 17 KO), 12e IBF, poids mi-moyens

Brook- Bizier face a faceVaincu très rapidement par Kell Brook, le boxeur de Québec a quand même récolté la jolie somme de plus de 200 000 $ le 26 mars dernier. Maintenant propriétaire de son immeuble à revenu à Beauport, Kevin est  régulièrement au Club de boxe La Capitale, mais il sera au gala du 29 juillet uniquement à titre de spectateur. Toujours incertain quand à son avenir, il n’a pas pris de décision si il reviendra dans le ring ou si il préfère accrocher ses gants. De plus, son promoteur ne souhaite pas brusquer cette réflexion.  

À surveiller

Oscar Rivas (19-0-0, 14 KO), poids lourds

Oscar Rivas VS Amir MansourEnfin, le poids lourds colombien a l’opportunité d’affronter un adversaire de qualité. Après l’annulation de son combat avec Gerald Washington, certains ont bien cru que ses problèmes récurrents aux yeux mettaient fin à sa carrière. Heureusement, ce n’est pas le cas.

Quelques jours après sa rapide victoire le 4 juin, Laurent Poulin a dressé une courte liste d’adversaires potentiels pour Rivas. Nous ignorons si Al Haymon nous lit régulièrement, mais le premier de la liste était le dangereux Amir Mansour. Ce duel attendu aura lieu le 29 juillet en sous-carte de Stevenson-Williams et il donnera au gagnant une place dans le top 15 mondial WBA via le titre NABA présentement vacant.

Jo Jo Dan (35-3-0, 18 KO)

Jo Jo Dan et Howard GrantTout comme Stevenson et l’Ontarien Dillon Carman, Jo Jo Dan n’est pas monté sur le ring depuis le 11 septembre 2015. Maintenant sorti des classements mondiaux parce qu’il a été bien peu actif depuis mars 2015, le Montréalais d’origine roumaine est attente de connaître les détails de son prochain rendez-vous organisé par PBC.

Après avoir vaincu deux fois Kevin Bizier, Jo Jo a souffert des coups de Kell Brook pendant quatre rounds au lieu de deux. Il devrait faire la finale d’une gala aux États-Unis d’ici la fin de l’été. Mais ce sera à quel titre? Est-ce que le gaucher de 34 ans va devenir une cible pour un jeune prospect ou on lui donnera une chance sérieuse de revenir parmi l’élite des 147 livres?

Dierry Jean (29-2-1, 20 KO)

Dierry jean Sismundo nul Le verdict nul du 13 mai dernier a probablement sauvé Dierry Jean d’une rechute. Lui qui revenait d’une seconde cure pour se séparer de ses dépendances aux jeux et à l’alcool a péniblement obtenu une nulle face à Ricky Sismundo, et ce, après avoir été au plancher à deux reprises au quatrième round.

Aussi présent lors du gala de septembre de Eye of the Tiger Management, le Montréalais d’origine haïtienne âgé maintenant de 34 ans pourrait bien affronter de nouveau le petit Philippin installé au Japon.

Ghislain Maduma (18-2-0, 11 KO)

Freddie_Roach_Ghislain_Maduma_et_Claudia_DiazLe nouveau protégé de Freddie Roach est très motivé suite à son retour victorieux le 13 mai dernier. La semaine prochaine, il retourne à Los Angeles pour reprendre l’entraînement au Wild Card Gym en vu du gala en septembre à Montréal.

Tout comme son bon ami Dierry Jean, il pourrait bien être opposé à Ricky Sismundo à brève échéance. Le boxeur de 31 ans privilégie maintenant la division de 140 livres. Il a confiance qu’il saura reprendre sa place dans le top 15 mondial en 2017.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils