Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Top 10 d’au revoir

top 10 d'au revoir

Par Jean-Luc Autret

Il y a presque neuf ans, je me suis présenté au Centre Bell pour assister au gala Pascal-Branco en tant que journaliste accrédité pour le défunt site Fanatique.ca. Je dois vous avouer que je portais alors en moi le syndrome de l’imposteur gros comme le soleil. Avec le temps, ça fini par passer et aujourd’hui, je tourne la page sur ce chapitre bien particulier de ma vie.

Parce que depuis deux ans, j’ai de la difficulté à concilier ma vie personnelle, professionnelle et mon plaisir à écrire sur le monde de la boxe, j’ai choisi de sacrifier une passion qui avait de plus en plus de mal à s’exprimer. Mais sait-on jamais, peut-être que je me réincarnerai plus vite que vous ne pouvez l’imaginer !!! Afin de vous dire un dernier au revoir comme il se doit, voici un condensé des plus beaux souvenirs de la courte vie de Jean-Luc Autret.

10. Pascal-Branco, une grande première personnelle

Pascal brancoÀ ma première sortie publique, je me suis présenté au Centre Bell accompagné de mon ami et collègue photographe Jonathan Abenhaim. À l’époque, Pier-Olivier Côté et Kevin Bizier étaient en début de carrière et Carl Handy dominait David Whittom. Sur la lointaine galerie de presse, j’ai eu beaucoup de plaisir à assister à la première défense de Jean Pascal. C’est avec des yeux et des oreilles très grands ouvertes que j’ai enregistré chacune des minutes de cette soirée qui fut bien spéciale pour moi.

9. Martel-Carman, le combat de l’année en 2014

En octobre 2014, Martin Achard, Benoit Dussault et moi-même étions les seuls médias québécois à s’être rendus à Toronto pour assister au premier événement de Global Legacy Boxing dirigé par Les Woods. Le gala, ayant lieu dans le très beau Mattamy Events Center, mettait en vedette les Walid Smichet, Didier Bence VS Sylvera Louis pour le titre canadien des lourds-légers et bien sûr, ce qui deviendra le combat de l’année sur la scène canadienne; Éric Martel-Bahoéli VS Dillon Carman pour le titre canadien CPBC. Pendant les sept rounds de cette furieuse bagarre les spectateurs présents et ceux en direct devant leur petit écran à TSN ont assistés à trois chutes de l’Ontarien et à quatre visites au plancher pour le boxeur de Québec. Comme Dillon Carman affrontera Simon Kean le 6 octobre, le duel Carman-Martel mérite d’être revu.

8. Mes débuts avec Fanatique.ca

Je me suis retrouvé à écrire sur Fanatique.ca un peu par hasard, suite à un texte que j’avais initialement publié sur Joachim Alcine sur mon blog personnel, beaucoup plus porté sur la politique et les documentaires de tout genre. Je garde de très beaux souvenirs de cet aventure d’environ deux ans en compagnie notamment d’Émile Girard et de Roby St-Gelais, qui sont tous deux aujourd’hui à l’emploi de Québecor. C’est grâce à la grande liberté qu’offrait Fanatique que j’ai pu prendre de l’expérience, faire des voyages autant à Québec qu’aux États-Unis et je me suis beaucoup amusé avec mon ami et collègue Benoit Dussault.Fanatique

7. Gaudet-McGuiness à Mississauga

En octobre 2011, je prend la route en compagnie de Pascal Lapointe et David-Frédéric Prince pour nous rendre à Mississauga. Le promoteur ontarien Adam Harris présente en finale Logan McGuinness face à Benoit Gaudet pour le titre NABA des 130 livres. Un combat dominé de bout en bout par Gaudet, mais qui se termine par un KO pour McGuinness au 11e round. Ce fut le chant du cygne pour le Drummondvillois. En demi-finale, nous avons aussi droit à une furieuse bagarre entre Samuel Vargas et Ahmad Cheiko, c’était aussi l’époque des premiers combats pros de Brandon Cook et Dillon Carman. Sur la route du retour après une nuit particulièrement courte pour Pascal et David, « Lap » me propose de prendre la relève comme « accrédité » de la Zone de Boxe. Encore aujourd’hui, je le remercie pour la confiance qu’il m’accordait à l’époque. Mon aventure avec la Zone de Boxe a duré approximativement deux ans.

6. Lucian Bute en Floride

Floride cour arrière de ButeEn avril 2013, je reçois une invitation de la part d’InterBox pour assister aux entraînements médiatique de Lucian Bute à West Palm Beach, qui se préparait pour son duel avec Jean Pascal prévu pour le 25 mai, mais qui sera reporté à janvier 2014. Avec un enthousiasme et une euphorie évidente, deux semaines plus tard, j’ai pris l’avion à Burlington pour un petit voyage de trois jours en milieu de semaine. En compagnie de mon bon ami Benoît Dussault, j’ai eu beaucoup de plaisir à jaser avec les « vrais » journalistes et avec l’entourage de Bute. Je me rappellerai longtemps des anecdotes sans fin de Stéphan Larouche au bar et ma longue discussion avec Lucian lors de notre promenade en ponton.

5. Visiter le Québec à travers la boxe locale

Francy Ntetu 1er ISPC’est bien connu la belle province est grande. En près d’une décennie, la boxe m’a permis de visiter de nombreuses villes, tel que Vaudreuil-Dorion, Chicoutimi, Sorel, Repentigny, Mont St-Hilaire, Shawinigan, Lachine, Gatineau, Drummondville, St-Jean-sur-Richelieu, Pointe-Claire, Trois-Rivières et probablement quelques autres que j’oublie. J’ignore combien de galas d’ici que j’ai couvert, mais ça doit osciller entre 150 et 200. En me plongeant dans mes souvenirs, je décerne le prix du plus agréable gala en région à la première soirée organisée par Impact Sport Production, la compagnie saguenéen mise sur pied par Michel Desgagné pour soutenir Francy Ntetu, c’était en février 2013.

4. Le Magazine La Zone de Boxe

la zone de boxeEn janvier 2012, je suis secoué par l’annonce du retrait du rédacteur en chef du magazine La Zone de Boxe, Pascal Roussel. Collaborateur au magazine depuis janvier 2010, je décide de sauter dans le train et je reprends les rênes de ce magazine trimestriel de grande qualité qui a vécu plus d’une dizaine d’années. Je lève mon chapeau à Pascal Roussel qui a piloté le magazine pendant cinq ans, tout un exploit. Pour ma part, mon aventure s’est limité à quatre numéros (no 36, 37, 38 et 39), mais j’ai adoré ça. M’occuper d’un site web, couvrir les galas et diriger un magazine, tout ça bénévolement, était tout simplement trop ambitieux. J’en profite pour remercier Marie-Claude Gratton, qui était l’infographe du magazine et qui lui a donné un look très professionnel.

3. Des collaborateurs tous azimuts

En novembre 2013, à l’approche de Pascal-Bute, Martin Achard, Benoit Dussault et moi-même lançons en grande pompe le site 12rounds.ca. Il s’agit d’un projet que nous avons peaufiné pendant plusieurs mois et surtout c’est un site qui a beaucoup évolué avec le temps. La mission initiale de 12 rounds est toujours la même aujourd’hui : aller plus loin que les nouvelles de l’actualité, offrir des analyses de qualité d’avant et d’après-combat et des portraits en profondeur des boxeurs et des gens évoluant auprès d’eux.

À travers les années, j’ai toujours pris soin de faire du recrutement pour élargir l’équipe de 12 Rounds. En près de cinq ans, c’est plus de 25 collaborateurs qui ont publiés plus d’un texte sur ce site. Parmi nos anciens collaborateurs, je souligne la contribution des Russ Anber, Renan St-Juste, François Duguay, Ghislain Maduma, Mike Bilodeau, Laurent Poulin et François Bouchard.

Aujourd’hui, l’équipe compte sur les Rénald Boisvert, Sébastien Gauthier, Martin Germain, Vincent Auclair, Simon Traversy, Martin Fournier, William Castillo, Cedric Daniel Halley, Jean-Philippe Arcand et bien sûr Richard Cloutier qui prendra la relève comme rédacteur en chef. J’en profite aussi pour mentionner que d’ici peu, vous devriez lire des textes de deux nouveaux collaborateurs de renom.

2. Portraits de boxeurs

N’ayant jamais cherché à en faire un métier, mon intérêt pour les boxeurs a toujours eu pour but de mieux les connaître et de les faire découvrir au public sous leur « vrai » jour. Faire un portrait réaliste du parcours et des réalisations des athlètes que j’ai rencontré, ce fut ce que j’ai préféré faire pendant ces neuf longues années de rédaction. La première fois que j’ai rencontré un boxeur pour faire un portrait, c’était Olivier Lontchi. Ça représente bien mon intérêt de valoriser les boxeurs ayant beaucoup moins de visibilité.

En avril dernier, j’ai publié un portrait d’Adrian Diaconu pour souligner le 10e anniversaire de sa victoire pour le titre intérimaire de la WBC. Le commentaire du Québécois d’origine roumaine, lorsqu’il a partagé mon article, m’a gratifié d’une grande joie. Au lieu de faire la liste de tous les portraits que j’ai fait, je vous recommande de consulter la section Portrait de boxeurs qui compte les miens et bien d’autres.

1. Martinez-Williams à Atlantic City

Novembre 2010, en compagnie de Jonathan Abenheim et Benoit Dussault, je prends la route pour Atlantic City pour assister au gala Martinez-Williams 2. Certains s’en rappelleront, Paul Williams avait dominé par décision majoritaire (119-110, 115-113, 114-114) l’Argentin Sergio Martinez en décembre 2009. Puis en avril suivant, Martinez domine Kelly Pavlik et devient unifié WBC et WBO des poids moyens.

En plus d’être mon premier « road trip » de boxe, ce fut aussi celui qui s’est terminé de la manière la plus éclatante. J’ai souvent affirmé à la blague « avoir attrapé la tête de Williams » qui a été assommé dès le deuxième round. Ce soir-là, mes copains et moi étions assis « ringside », juste à côté de l’équipe de ESPN Deportes. Disons, qu’à travers les années, je n’ai pas toujours été aussi bien traité au Québec !!!

La veille, en arrivant à l’hôtel, nous avions appelé le promoteur de Spartan Fight Promotion pour obtenir des accréditations pour un petit gala le soir même, qui mettait en vedette l’aspirant mondial de Philadelphie Farah Ennis. Prenant soudainement conscience des contraintes d’utiliser un nom de plume, j’ai passé la soirée à chercher une solution pour entrer aisément le lendemain au Boardwalk Hall. Heureusement, Jonathan m’a concocté une carte d’affaire et en se rendant chez Bernard Hopkins le lendemain, nous avons fait un petit arrêt dans un Bureau en gros. Bien des souvenirs impérissables !!! Merci les gars.

En boni : New York, la mecque de la boxe

Parce que j’ai trop de souvenirs et que j’ai toujours eu beaucoup de difficulté à me limiter en écrivant sur le web, je vous offre un boni, tel une chanson en rappel !!!

Barclays 20 octobre 2012À travers mes neuf années, j’ai eu le privilège et le bonheur d’être accrédité pour plusieurs galas à New York. La première fois, ce fut avec Benoit Dussault pour l’ouverture du Barclays Center en octobre 2012. La carte de très haut niveau de Golden Boy Promotions proposait quatre combats de championnat du monde; soit l’excitant Quillin VS N’Dam, le controversé Malignaggi VS Cano, le pénible Alexander VS Bailey, la finale étant Garcia VS Morales et en boni c’était le retour sur le ring de l’ex-cancéreux Daniel Jacob. Une très grande soirée évidemment !!!

Deux mois plus tard, j’accrochais un autre carton d’accréditation à mon cou en pénétrant le célèbre Madison Square Garden. Une semaine plus tôt, la légende portoricaine, Hector « Macho » Camacho, décède après avoir été blessé à la tête par des coups de fusils. Ce soir-là, je m’attends à une grande performance de Miguel Cotto face à Austin Trout, le Porto ricain est alors impliqué dans un 21e combat de championnat du monde consécutif. Contrairement à mes attentes, Cotto est incapable de solutionner le style du gaucher du Nouveau Mexique qui restera champion du monde pendant moins de cinq mois.

Enfin et évidemment, j’étais présent au MSG pour le duel d’unification de David Lemieux face à Gennady Golovkin. En compagnie de mon bon ami Mike Bilodeau, j’ai eu bien du plaisir à assister à la pesée, à dîner avec le clan Maduma, à aller voir les Shaks de San Jose à Newark face aux Devils, à prendre l’ascenseur avec les filles de « Tecate » et bien sûr à assister l’ensemble de cette soirée de boxe. Ma seule déception, fut le refus du souriant Golovkin de signer mon programme souvenir. Là dessus, je vous dis un dernier bye.

6 Comments

  1. emilegirard@gmail.com'

    Emile

    1 septembre 2018 at 10 h 17 min

    C’est tout un héritage que tu laisses derrière toi!
    Que de chemin parcouru, tu as toute mon admiration!

    • 12 rounds

      2 septembre 2018 at 12 h 10 min

      Merci Émile, au plaisir de se revoir un de ces 4 !!!

  2. Pingback: La boxe au fil de la semaine #207 – l’actualité vue par Richard Cloutier

  3. Johnnypout@live.ca'

    Johnny Poutine

    3 septembre 2018 at 13 h 45 min

    J’espère que tu sortiras de ta retraite plus rapidement que Jean Pascal!! Merci pour les articles

  4. alainplouffe2448@gmail.com'

    ALAIN

    10 septembre 2018 at 1 h 43 min

    Merci Jean-LUC pour tout tes bon articles et toute la passion que tu as eu pour la boxe, tu nous la fait vivre à fond Merci beaucoup

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *