Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

En attendant le gala des frères Grant à Lachine

Erik Bazinyan, Otis Grant et Francis Lafremière

Par Jean-Luc Autret

Samedi soir, le dernier gala de boxe d’un printemps fort occupé nous permettra de passer à la saison estivale. Les frères Otis et Howard Grant nous ont préparé une carte pro-am intéressante qui représente le sixième gala dans les six dernières semaines. Voici en détail les quatre combats pros qui seront présentés au Soccerplexe Catalogna de Lachine.

Lafrenière en finale pour le titre canadien

Affiche Francis Lafrenière 28 juinLa semaine dernière, nous vous avons présenté un texte détaillé sur la finale de la soirée entre Francis Lafrenière (5-5-2, 3 KO) et le Saskatchewannais Paul Bzdel (5-4-1, 0 KO). Ce duel permettra au vainqueur d’être le nouveau champion canadien de la « Canadian Professional Boxing Council » chez les 160 livres. Et comme ce n’est pas évident de comprendre la multitude des titres nationaux, nous avons donc pensé à vous en démystifiant les quatre associations impliqués dans ce grand pays.

Bazinyan est rendu aux six rounds

Le jeune Érik Bazinyan (4-0-0, 3 KO) progresse bien depuis ses débuts pros en septembre dernier. Les amateurs de boxe ont pu le voir en action le 24 mai au Centre Bell face au vétéran Jaudiel Zepeda. Pour son premier duel d’une durée de six rounds, il est aussi opposé à un boxeur de la Saskatchewan, Gary Kopas (4-8-2, 1 KO). Celui-ci a fait la limite de dix rounds avec Steve Franjic, qui vient de vaincre Andy Gardiner il y a deux semaines.

« Je me sentais très bien lors de mon combat au Centre Bell, j’aurais aimé passer le KO à Zepeda, mais peut-être que je n’ai pas assez laissé aller mes mains. Je suis resté au gym, je suis prêt maintenant à faire des six rounds et je vise déjà faire des huit rounds en 2015 », affirme le déterminé boxeur de 19 ans.

https://www.youtube.com/watch?v=sJ62YH48VSc

Son adversaire samedi a principalement boxé en Alberta, mais le 22 mai dernier, il était opposé à Mitch Louis-Charles. Bien qu’il ait mis de la pression tout au long des quatre rounds, les juges ont préféré donner la victoire au fils d’Ali Nestor. Kopas n’est pas un boxeur renommé pour son grand talent, mais il est un « tough » qui met continuellement de la pression sur son rival. Sa meilleure arme est probablement son crochet de droite.

« J’ai pu l’analyser comme il faut contre Mitch, je vais utiliser mon jab pour mettre de la distance et contrer sa pression. Je suis avantagé physiquement et je dois utiliser mes plus grands bras pour le mettre sur les talons », nous a révélé le Montréalais d’origine arménienne.

Les débuts de David Théroux

Âgé de 20 ans, David Théroux a connu plusieurs succès chez les amateurs. Entraîné par Pierre Bouchard et conseillé par Stéphan Larouche, le boxeur originaire de Sorel fera ses débuts pros en affrontant Luke Noel (1-2-0), un boxeur du Nouveau-Brunswick.

« Le style de David est excitant, il utilise bien ses mains qui sont rapides et puissantes, les amateurs vont beaucoup l’apprécier. Déjà chez les amateurs, il avait le style des boxeurs pros. Il s’entraîne au club Montréal.com depuis trois ans et depuis un an, il a mis les gants autant avec Jo Jo Dan, Sébastien Gauthier que Mikael Zewski », relate Stéphan Larouche qui va aider au développement de sa carrière comme il le fait avec Yves Ulysse Jr.

David Théroux entre 2 roundsThéroux a découvert la boxe à l’âge de 13 ans et deux ans plus tard il a commencé à faire des combats sous la supervision de Patrick Lafleur du Club de boxe olympique de Sorel-Tracy. Avec une fiche de 56 combats chez les amateurs dont 42 gains, David a participé à cinq compétitions des gants dorés et à trois championnats canadiens.

Ses plus beaux souvenirs proviennent de sa victoire aux Jeux du Canada en 2011 qui lui a permis de devenir champion canadien chez les juniors ainsi que sa participation aux jeux du Commonwealth de la même année dans l’île de Malte. Il a vaincu le représentant de l’Australie puis il s’est incliné au départage (ça signifie que le combat était égal) face au futur champion du tournoi chez les 60 kilos.

« L’un de mes objectifs est de ramener la boxe professionnelle à Sorel. Je sais que la population va bien embarquer dans ce genre de soirée. J’aimerais que Guillaume Coudé, qui est originaire de Sorel, soit sur la carte et nous serions capables de présenter un gala de très bonne qualité avec de la bonne boxe locale. Ce projet pourrait se réaliser aussi rapidement qu’à l’automne », nous a révélé le boxeur qui évoluera chez les super-légers.

Golden Garcia aussi devient professionnel

Golden GarciaChez les super-plumes, le protégé des frères Grant, Golden Garcia, entamera sa carrière pro en affrontant Michael Gargouri, tout aussi débutant et provenant de Shawinigan en Mauricie. Garcia est âgé de 25 ans, il a remporté l’an dernier la coupe Adidas à Terrebonne et il s’est classé troisième aux Gants Dorés canadiens de 2013. Tout comme Théroux, son style de boxe est mieux adapté aux professionnels qu’aux amateurs. Il termine son parcours en boxe olympique avec une fiche de 32 victoires et de 15 défaites.

En conclusion, malheureusement les frères Grant ont été dans l’incapacité de trouver un adversaire à Walid Smichet, qui est de retour dans leur gymnase. De plus, le Français Arsen Goulamirian que nous avons vu le 21 mars dernier est retourné dans l’Hexagone dû à l’expiration de son visa; son retour au Québec est incertain. Enfin, le 16 mai nous avons assisté au retour de Kevin Lavallée qui était absent du ring depuis plus d’un an et demi. Au Stade olympique, il était entraîné par Jessie Thompson et il représentait le Grant Brothers Gym, mais ce n’est plus le cas actuellement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *