Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Le top 15 des boxeurs québécois – 1ere édition décembre 2013

Par Benoît Dussault, Jean-Luc Autret et Martin Achard

L’équipe de 12rounds.ca est heureuse de vous présenter son premier top 15 de fin d’année des boxeurs québécois. Nous avons souvent pris part à l’établissement d’un tel classement à l’époque où paraissait le magazine de la Zone de Boxe, et nous tenions à perpétuer une tradition qui a toujours suscité des discussions aussi vives qu’intéressantes chez les amateurs.

Critères de sélection

Il nous a d’abord fallu nous entendre sur les critères définissant qui est et qui n’est pas un boxeur québécois. Nous avons considéré comme québécois ceux qui ont choisi le Québec pour y vivre ou qui sont entraînés ou gérés par des gens d’ici. Ainsi, nous considérons Bermane Stiverne comme un Québécois même s’il a élu résidence aux États-Unis, puisqu’il est géré par Camille Estephan d’Eye of the Tiger Management. Par contre, Arash Usmanee n’était pas éligible cette année parce que son passage au Québec a pris fin au début de 2013 et qu’il a depuis coupé ses attaches professionnelles avec le Québec. Il demeure l’un de nos préférés et il pourra bien entendu de nouveau être considéré dans l’avenir s’il renoue des liens formels avec la Belle Province.

Il a ensuite fallu nous entendre sur les critères motivant notre classement. Afin d’offrir une perspective quelque peu différente aux amateurs, nous avons choisi de nous baser sur la capacité à vaincre, à l’heure actuelle, des adversaires de grande valeur classés mondialement, comme on le fait généralement dans les classements «livre pour livre». Notre jugement ne repose donc pas en dernière instance sur les réalisations passées des pugilistes, mais sur leur valeur présente. L’une des conséquences de notre point de vue s’observe dans le fait qu’Eleider Alvarez arrive, dans notre classement, devant Lucian Bute. Sur le plan des réalisations en carrière, nous serions bien sûr d’accord pour affirmer que Bute mérite de devancer Alvarez. Mais, à l’heure actuelle, nous accorderions plus de chances à ce dernier qu’à Bute de l’emporter face un adversaire de très grande valeur. Dit autrement, notre critère principal a été le suivant: confronté au meilleur de la division, sur qui serait-il raisonnable de miser le plus d’argent?

Une fois ces points clarifiés, chacun de nous trois a produit un classement personnel, dans lequel chaque position était associée à une valeur numérique, selon la pondération qui a déjà fait ses preuves à l’époque de La Zone de Boxe, à savoir: 1ère position = 12 points, 2e position = 10 points, 3e position = 8 points, 4e position = 6 points, 5e position = 4 points, 6e position = 3 points, 7e et 8e positions = 2 points, 9e et 10e positions = 1 point, et 11e à 15e positions = 0,5 point. Puis nous avons additionné les scores obtenus par chaque boxeur dans les trois classements, et discuté le classement cumulatif ainsi obtenu pour nous assurer que les résultats finaux étaient acceptables pour chacun d’entre nous. Nous sommes fiers de pouvoir dire qu’un consensus a été atteint, et que le classement final représente notre vision commune des quinze meilleurs boxeurs du Québec en cette fin d’année 2013 .

Classement

1 – Adonis Stevenson
2 – Jean Pascal
3 – Dierry Jean
4 – Eleider Alvarez
5 – Lucian Bute
6 – Bermane Stiverne
7 – Jo Jo Dan
8 – David Lemieux
9 – Ghislain Maduma
10 – Mikaël Zewski
11 – Eric Martel-Bahoéli
12 – Kevin Bizier
13 – Antonin Décarie
14 – Sébastien Gauthier
15 – Didier Bence

Explications

1 – Adonis Stevenson

Aucun débat sur ce point! «Superman» s’est imposé en 2013 comme l’un des meilleurs cogneurs de la planète, toutes catégories confondues. Il est le porte-étendard incontesté de la boxe québécoise aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

2 – Jean Pascal

Même s’il a été peu actif depuis deux ans, Jean Pascal possède encore vraisemblablement toutes les qualités athlétiques et toutes les habiletés de boxeur qui lui avaient permis de livrer un grand combat – malgré la défaite – contre Carl Froch, de vaincre Chad Dawson, et d’envoyer au tapis et de faire match nul contre Bernard Hopkins, un futur membre du temple de la renommée de la boxe. Il mérite pleinement selon nous cette deuxième position.

3 – Dierry Jean

«Dougy Style» a vaincu ses démons et laissé les blessures à répétition derrière lui. Les éléments semblent en place pour le voir réaliser en 2014 son énorme potentiel et décrocher une série de victoires significatives. Son prochain combat, le 25 janvier, sera contre Lamont Peterson pour le titre de l’IBF.

4 – Eleider Alvarez

Malgré son relatif manque d’expérience chez les professionnels, le Colombien a déjà démontré selon nous qu’il était un boxeur complet, possédant tous les outils nécessaires pour se tailler, et garder pendant longtemps, une place dans l’élite de sa division. Il est déjà classé 3e aspirant au titre par la WBA. Comme on dit en anglais, «sky is the limit» pour Alvarez.

5 – Lucian Bute

Même s’il n’a jamais pu obtenir de victoire contre un boxeur de toute première valeur, «le tombeur» a prouvé à maintes reprises sa capacité à battre de solides adversaires. Comme il n’a pas encore démontré, à 33 ans, de signes clairs de ralentissement physique, il n’est pas encore exclu qu’il puisse signer un jour une victoire marquante, qui justifierait en partie les très grands espoirs ayant pendant longtemps été mis en lui.

6 – Bermane Stiverne

La brillante performance de «B. Ware» contre Chris Arreola en avril porte à croire qu’il pourrait donner du fil à retordre à pratiquement tous les meilleurs poids lourds de sa génération. Si Stiverne continue à progresser et à remporter des victoires, il pourrait faire fortune dans la catégorie reine du noble art. Actuellement classé #1 par le WBC, son prochain combat sera pour le titre mondial.

7 – Jo Jo Dan

Un boxeur solide et une âme de guerrier, comme le démontre sa belle victoire sur Kevin Bizier en novembre à Québec. Même s’il évolue dans une catégorie extrêmement riche en talent, personne selon nous n’aurait intérêt à le prendre trop à la légère. Actuellement classé 2e aspirant au titre mondial par l’IBF.

8 – David Lemieux

Son immense force de frappe lui donnera toujours une chance de l’emporter, bien sûr, mais sa récente victoire contre Jose Miguel Torres (qui l’a fait progresser de façon marquée dans les classements mondiaux) montre qu’il a gagné en maturité et peut boxer de façon méthodique, deux facteurs qui décupleront ses chances de remporter une victoire significative dans l’avenir.

9 – Ghislain Maduma

«Mani» possède des attributs physiques exceptionnels. Bien encadré par son promoteur Eye of the Tiger Management et son entraîneur Mike Moffa, il peaufine actuellement les habiletés qui devraient normalement le mener à un combat de championnat du monde en 2014 ou 2015.

10 – Mikael Zewski

Le trifluvien est vu par plusieurs amateurs québécois comme un futur champion, et ses habiletés offensives sont indéniables. Il n’a toutefois pas fait face jusqu’ici à très forte opposition dans son parcours chez les professionnels.

11 – Éric Martel-Bahoéli

Les trois belles victoires par K.O. du «Hammer» en 2013 suggèrent qu’il a appris à tirer un maximum de profit de sa force de frappe. Dans la catégorie des poids lourds, une telle qualité permet de créer des surprises et fait souvent la différence entre la victoire et la défaite. Il ne faudrait donc pas sous-estimer la capacité de Martel-Bahoéli à décrocher éventuellement une victoire contre un adversaire classé mondialement.

12 – Kevin Bizier

Avant de subir une défaite par décision partagée contre Jo Jo Dan, dans un combat d’une rare qualité, Bizier avait livré une performance satisfaisante en février contre l’ancien champion des poids légers Nate Campbell. Il est donc possible pour lui de dresser un bilan positif de son année 2013.

13 – Antonin Décarie

Décarie a peiné en septembre pour vaincre le modeste Salim Larbi à Montréal, ce qui explique pourquoi il figure dans notre classement derrière Zewski, Martel-Bahoéli et Bizier.

14 – Sébastien Gauthier

On ne peut ignorer la grande combativité du natif de Saint-Jérôme, qui le rendrait sans doute encore compétitif contre quelques-uns des bons boxeurs de sa division.

15 – Didier Bence

«Big Body» a certes subi une défaite décisive contre Éric Martel-Bahoéli en novembre, mais il avait auparavant démontré des signes de progression impressionnants, qui ne peuvent être ignorés.

Aller à la barre d’outils