Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Le top 15 des boxeurs québécois – 10e édition, juillet 2018

Beterbiev Stevenson

Par Jean-Luc Autret, Richard Cloutier, Martin Fournier, Cédric Daniel Halley, de Laurent Poulin et Simon Traversy.

la zone de boxeEn cette période estivale, il nous fait plaisir de vous présenter notre traditionnel top 15 québécois de mi-année. Un exercice qui a commencé en 2006 par le défunt magazine La Zone de Boxe et que nous prolongeons avec plaisir depuis quatre ans et demi. Comme dans nos neuf éditions précédentes (décembre 2013juillet 2014décembre 2014 et juillet 2015décembre 2015août 2016décembre 2016juilllet 2017, décembre 2017), nous avons choisi comme critère de sélection la capacité à vaincre, à l’heure actuelle, des adversaires de grande valeur classés mondialement, comme on le fait généralement dans les classements «livre pour livre». Notre jugement ne repose donc pas, en dernière instance, sur les réalisations passées des pugilistes, mais sur leur valeur présente. Dit autrement, notre critère principal est le suivant: confronté au meilleur de sa division, sur qui serait-il raisonnable de miser le plus d’argent?

Tout comme lors de nos précédents classements, six passionnés ont pris le temps de réfléchir à leur propre classement. Chacun de nous a produit son propre classement, dans lequel chaque position est associée à une valeur numérique, selon une pondération qui a fait ses preuves à l’époque de La Zone de Boxe, à savoir: 1ère position = 12 points, 2e position = 10 points, 3e position = 8 points, 4e position = 6 points, 5e position = 4 points, 6e position = 3 points, 7e et 8e positions = 2 points, 9e et 10e positions = 1 point, et 11e à 15e positions = 0,5 point. En cas d’égalité, nous avons choisi de mettre des boxeurs ex aequo. 

Contrairement à bien d’autres éditions, cette fois-ci les 15 boxeurs sélectionnés sont restés les mêmes qu’en décembre dernier. Évidemment, il y a eu plusieurs mouvements. Le plus notable est probablement celui de Mathieu Germain, en décembre il a fait son entrée dans notre classement en étant 13e, aujourd’hui il se retrouve déjà en huitième position. Notons aussi que Custio Clayton a passé très proche, seulement un petit point, de déloger David Lemieux de la quatrième position. Côté recul, la défaite face à Albert Onolunose fait mal à Francis Lafrenière, lui qui vivra un grand jour dans sa vie samedi prochain.

Classement

1 – Artur Beterbiev (70 points) – 1er en décembre 2017

2 – Adonis Stevenson (62 points) – 2e en  décembre 2017

3 – Eleider Alvarez (52 points) – 3e en décembre 2017

4 – David Lemieux (28 points) – 4e en décembre 2017

5 – Custio Clayton (27 points) – 6e en décembre 2017

6 – Yves Ulysse Jr (19 points) – 5e en décembre 2017

7 – Steven Butler (15 points) – 8e en décembre 2017

8 – Mathieu Germain (9 points) – 13e en décembre 2017

9 – Oscar Rivas (7 points) – 7e en décembre 2017

10 – Simon Kean (5 points) – 11e en décembre 2017

11 égalité – Batyr Jukenbayev (4,5 points) – 9e en décembre 2017

11 égalité – Erik Bazinyan (4,5 points) – 14e en décembre 2017

13 – Mikael Zewski (3 points) – 11e en décembre 2017

14 égalité – Patrice Volny (1,5 points) – 15e en décembre 2017

14 égalité – Francis Lafrenière (1,5 points) – 10e en décembre 2017

Justifications

No 1 : Artur Beterbiev – Champion IBF à 175 livres

Beterbiev JohnsonLe protégé de Marc Ramsay est toujours en procédure judiciaire après avoir perdu contre son promoteur en cour supérieur. Sur le ring, sa situation a évoluée. Après que GYM se soit entendu avec Eddie Hearn pour la présentation de la défense de Beterbiev face à l’Anglais Callum Johnson (17-0-0, 12 KO), son promoteur a vendu les droits des trois prochains duels du Russe au puissant promoteur anglais. Le duel Beterbiev-Johnson aura lieu le 6 octobre à New York ou à Chicago et il sera présenté sur les ondes du site web DAZN.

No 2 : Adonis Stevenson – Champion WBC à 175 livres

Stenvenson GvozdykContrairement à ses habitudes des trois dernières années, Adonis Stevenson montera sur le ring pour une seconde fois cette année. Et pour la première fois en près de cinq ans, il sera confronté à son aspirant obligatoire, l’Ukrainien de 31 ans Oleksandr Gvozdyk (15-0-0, 12 KO). Après un jeu de coulisse proche de l’illégalité de la part du promoteur Tom Brown, c’est Yvon Michel qui a remporté l’enchère et il devrait présenter le duel le 3 novembre quelque part au Québec. Soulignons qu’Yvon Michel a lui-même mentionné que les règlements de la WBC devront être révisé pour éviter d’autres comportements très semblables à de la collusion.

No 3 : Eleider Alvarez – 8e aspirant WBO à 175 livres

affiche Kovalev-Alvarez

Après avoir attendu son tour pendant deux ans et demi comme aspirant obligatoire à la WBC, le protégé de Marc Ramsay a préféré prendre le même chemin que Jean Pascal en affrontant Sergey Kovalev. L’organisation de ce combat a été possible suite au retrait de Marcus Browne qui a été mis de côté suite à un bris de condition. Le duel Kovalev-Alvarez sera présenté à Atlantic City le 4 août prochain sur les ondes de HBO. Présentement, le Montréalais d’origine colombienne fait sa préparation chez lui à Bogota. Nous vous en reparlons évidemment dans les prochaines semaines.

No 4 : David Lemieux – 7e WBO à 160 livres, 6e WBC à 168 livres

En mai dernier, l’ancien champion du monde IBF a revécu le cauchemar de mars 2016 alors qu’il n’avait pas respecté la limite de poids pour affronter James De La Rosa. Cette fois-ci, le Français Karim Achour ne s’est pas défilé et il a livré une furieuse bataille de 12 rounds face à un Montréalais affaibli par une perte de poids mal gérée. Maintenant classé autant chez les poids moyens que les super-moyens, Lemieux doit de nouveau entreprendre le processus pour remonter les classements mondiaux en vue d’obtenir une troisième chance en championnat du monde.

David Lemieux VS Karim AchourIl est peu probable qu’on le voit en sous-carte de Golovkin-Canelo 2, son manque de discipline en mai lui a fait perdre des points précieux chez Golden Boy Promotions. Malgré cela, le clan Lemieux a lancé un défi à l’Irlandais Gary O’Sullivan qui lui, a déjà sa place sur la carte du 15 septembre et que l’on a vu en action à Laval en sous-carte de Saunders-Lemieux. Si le champion NABA ne mord pas à l’offre du Montréalais, Lemieux devrait être en action en octobre.

No 5 : Custio Clayton – 1er WBO, 11e IBF, 23e WBC à 147 livres, Champion Inter-Continental IBF et International WBO

Custio Clayton double championL’Olympien de la Nouvelle-Écosse a vu ses efforts grandement récompensé en passant du 7e au 1er rang de la WBO actuellement détenu par le talentueux Terence Crawford. De plus, son classement à l’IBF lui ouvre aussi des portes pour s’approcher d’un combat avec le champion Errol Spence. Son équipe surveillera avec attention le duel de la fin de semaine entre Manny Pacquiao et Lucas Matthysse poour le titre WBA. Le plan de match de son gérant Douggy Berneche est présentement en construction, la suite sera très intéressante à suivre, mais ne vous attendez pas à ce que Clayton se batte en championnat du monde à l’automne. Dans la division des poids mi-moyens, le classement c’est important, mais la notoriété fait foi de tout. À titre d’exemple Antonin Décarie a été classé dans l’un des top 15 pendant huit ans, de façon consécutive, sans jamais obtenir une chance pour un titre mondial régulier.

No 6 : Yves Ulysse – 8e WBC, 13e WBO, 14e IBF à 140 livres, champion FECARBOX de la WBC

Le protégé de Rénald Boisvert est maintenant classé dans trois associations et il a obtenu de très beaux succès sur les ondes de HBO en 2017. Alors que certains pourraient s’attendre à une reprise de Ulysse-Claggett cet automne, de notre côté, nous en doutons beaucoup. Le boxeur de Calgary s’est incliné à Boston en mars dernier et le 28 juillet prochain il fera la finale d’un gala de Lee Baxter à Brampton en Ontario. Claggett a accepté un troisième combat consécutif sur la route pour affronter un protégé de Baxter, l’Arménien Petros Ananyan (13-0-2, 6 KO). Il s’agit d’un beau coup de la part de Lee Baxter.

Pour Ulysse, ses victoires sur Seldin et Espana l’ont remis sérieusement en selle alors que Claggett a été sorti des classements mondiaux en s’inclinant face à Danny O’Connor (29-3-0, 11 KO) à Boston. Bref, en attendant l’alignement des planètes pour venger la défaite, le clan Ulysse regarde par en avant. Est-ce qu’on le verra au T-Mobile Arena le 15 septembre, nous lui souhaitons, mais on en doute beaucoup. Présentement, le boxeur de 29 ans a besoin de se mesurer à des rivaux crédibles qui lui donne de l’expérience et qui le prépare adéquatement à un combat de championnat du monde qu’on lui souhaite en 2019.

No 7 : Steven Butler – 8e WBO, 27e WBC à 160 livres, 15e IBF à 154 livres

Le fougueux cogneur Montréalais s’est très bien remis de son revers avec Brandon Cook. Sa performance le 23 juin dernier face au vétéran Carlson Jones a été fort impressionnante, au point que The Ring Magazine a fait un article sur ce sujet. Il sera très intéressant de voir qui sera devant lui à l’automne. Est-ce que ce sera enfin le duel local Butler-Lafrenière, ou encore Butler-Onolunose pour le titre NABO? Il semble que le clan Butler préfère retourner vers les 154 livres.

Présentement la cible du Montréalais serait Wilky Campfort (25-3-0, 13 KO), un Américain d’origine haitienne qui est classé 11e à la WBA chez les 154 livres. Le combat le plus significatif auquel le boxeur de 33 ans a participé fut son duel avec Jermall Charlo en novembre 2015. Campfort était alors le 14e aspirant du champion de l’IBF, le duel était terminé avant la fin du 4e round.

Soulignons qu’un second affrontement avec Brandon Cook n’est pas impossible dans les plans à court  ou moyen terme. Classé 4e WBO, 9e WBA et 11e à l’IBF à 154 livres, l’Ontarien devait face à Kell Brook à Londres le 28 juillet prochain, mais celui-ci s’est blessé à un pied et le duel est annulé.

No 8 : Mathieu Germain – Champion Nord-Américain IBF des 140 livres

Longtemps un secret bien gardé dans l’organisation de Camille Estephan, le boxeur de 28 ans a enfin éclot en 2018. Ses trois belles victoires (Cam O’Connell TKO8, Miguel Zamudio TKO8 et Christian Uruzquieta DU10) depuis le début de l’année lui ont permis de décrocher son premier titre mineur et de grimper de cinq positions dans notre classement.

Son promoteur a récemment fait une offre au clan de l’Ontarien Tony Luis, mais, comme celui-ci est champion NABA et classé 14e à la WBA chez les 135 livres, il ne voit aucun intérêt à monter de poids pour s’ajuster à Germain. Le résident de Cornwall est ouvert à se mesurer au Montréalais, mais à un poids de 135 livres et que la possibilité que le duel ait lieu chez lui soit sur la table. Un dossier à suivre.

No 9 : Oscar Rivas – 12e WBC, 15e IBF, Champion NABF poids lourds

Le Montréalais d’origine colombienne est encore une fois à l’infirmerie. Fort actif depuis septembre dernier, il est devenu champion NABF face à un rival bien peu crédible, mais sa victoire contre le Belge Hervé Hubeaux à Toronto lui a permis de grimper dans le top 15 de l’IBF. Malheureusement, le bicep droit du poids lourds a cédé le 19 mai et il ne devrait pas remonter sur le ring avant la fin de l’année. Comme ça coûte cher des combats de poids lourds, Rivas se retrouvera probablement à faire encore une fois un combat de retour au début de 2019 et il recommencera une autre fois le processus d’ascension pour se rendre en championnat du monde. Nous lui souhaitons, en avance, de la santé pour 2019 et enfin un combat d’envergure.

No 10 : Simon Kean – 30e WBC, Champion de la Francophonie WBC poids lourds

L’Olympien de Trois-Rivières a complètement terrassé Adam Braidwood le 16 juin dernier à Shawinigan. Avec ses victoires par KO contre Alexis Santos et Ignacio Esparza, Simon Kean est tout proche de dépasser Oscar Rivas dans notre classement des meilleurs boxeurs québécois.

Avec son rythme soutenu de combats et la progression de la qualité de ses rivaux, il ne serait pas surprenant que le protégé de Jimmy Boisvert affronte un gros nom de la boxe internationale avant Oscar Rivas. Selon le quotidien de Trois-Rivières, la prochaine cible serait le fils de l’ancien champion du monde Tommy Morrison, Trey Lippe Morrison (15-0-0, 15 KO), mais selon Nancy Audet celui-ci a refusé la proposition. Le retour du Grizzly est prévu pour la fin septembre-début octobre. En attendant, nous vous recommandons de lire ce que le crédible The Ring Magazine a écrit sur lui.

No 11 égalité : Érik Bazinyan – 10e WBO, 34e WBC, Champion NABO des 168 livres

C’est maintenant officiel, le protégé de Stéphan Larouche aura droit à un défi local. Après que les Kean, Ulysse, Butler et Germain aient eu droit à des combats d’envergure nationale, le jeune Montréalais d’origine arménienne affrontera cet automne le volubile Francy Ntetu. Certains s’en rappelleront, le Saguenéen avait surpris Schiller Hyppolite au Centre Bell en novembre 2012. Depuis, Ntetu s’est expatrié chez les Américains en s’entendant avec le promoteur newyorkais Lou DiBella.

Après avoir accumulé une fiche de 16-0, dont quatre gains aux pays de l’oncle Sam, Ntetu a été opposé à David Benavidez en juin 2016, celui qui est aujourd’hui champion du monde WBC à 160, le duel a été arrêté plus ou moins rapidement (selon les allégences de chacun) au septième round. Puis Ntetu a vu plus gros que la panse en acceptant un combat avec Marcus Browne. Ça à peine durée deux minutes.

Pour l’affrontement entre Bazinyan-Ntetu, il sera intéressant de savoir si le Saguenéen pourra compter sur l’assistance d’un entraîneur de boxe d’expérience, autant pour sa préparation que pour le conseiller le soir du combat. De plus, est-ce que Bazinyan va démontrer beaucoup de respect face à la force de frappe d’un boxeur ayant un pourcentage de KO de seulement 21 %?

No 11 égalité : Batyr Jukembayev – 25e WBC, Champion Continental des Amériques WBC

Le Montréalais d’origine kazakh a donné beaucoup de sueurs froides à son clan le 26 mai dernier alors qu’il a visité le plancher au cinquième round face à un Argentin qui en était à son douzième combat de dix rounds et plus. Le protégé d’Anna Reva a très bien réagit par la suite et il a mis KO son rival d’expérience au septième round.

Maintenant champion Continental des Amériques de la WBC, le clan Jukembayev a d’importants projets pour Batyr. La semaine dernière, son promoteur a publié sur Facebook qu’il est en discussion avec Zab Judah, ancien champion du monde dans trois catégories différentes. Avant de rigoler trop rapidement, il est important de se rappeler que l’ancienne gloire newyorkaise s’est battu en janvier dernier à Calgary. Judah a fait un retour sur le ring en janvier 2017 après une absence de plus de trois ans. Peu importe qui que ce sera devant lui, on le reverra en octobre.

No 13 : Mikael Zewski – 18e WBC, Champion International WBC des 147 livres

En septembre 2017, le Trifluvien a signé un contrat de trois combats avec le Groupe Yvon Michel. Si effectivement les trois duels ont eu lieu, on peut douter que le clan Zewski soit pleinement satisfait de son association. Rappelons-nous qu’initialement il s’attendait à se battre pour un titre mineur dès son premier combat, une finale au Casino, et ensuite il devait « envisager un combat contre quelqu’un de connu pour me donner de la notoriété ». Au lieu de cela, Zewski a fait une demi-finale, puis un quart de finale contre un Argentin puis un Mexicain qui étaient tous deux classé 30e de leur division dans leur pays respectif. Finalement, en mai dernier, en sous-carte de Stevenson-Jack, Zewski a pu se battre pour un titre mineur (international WBC) contre un Argentin ayant une fiche de 21-5-1 et le boxeur de 29 ans est maintenant classé 18e à la WBC.

Un des problèmes de fond de GYM persiste d’années en années. Le promoteur montréalais a besoin d’un gala d’envergure avec la télé américaine pour être en mesure de financer un combat tremplin pour sa relève. Kevin Bizier a été en attente de 2011 à 2015 avant de décrocher sa place en championnat du monde, puis ce fut au tour de Custio Clayton de recevoir des promesses à répétitions entre 2015 et 2017. Maintenant, il y a Marie-Eve Dicaire qui attend son combat de championnat du monde et Zewski qui aimerait se battre chez lui à Trois-Rivières. Par contre, le Trifluvien est maintenant un boxeur indépendant, son contrat vient tout juste de prendre fin. Est-ce réaliste de croire que GYM va investir en lui alors qu’ils l’ont peu fait dans la dernière année? Est-ce que les Aigles de Trois-Rivières ont confiance quand ils analyseront les ventes pour Pascal-Bossé et qu’ils se rappellent l’incapacité de GYM d’organiser un duel entre Stevenson et Alvarez ?

No 14 égalité : Francis Lafrenière

Ce n’est pas facile de garder le morale actuellement pour le boxeur de St-Clet. Devenu champion NABO en février 2017, Lafrenière n’a pas été en mesure de monnayer son classement mondial et sa ceinture malgré des discussions avec le clan Butler à l’automne dernier et des pourparlers pour un combat sur la scène internationale.

Lafreniere-Onolunose 2 afficheInitialement, le duel avec Albert Onolunose aurait pu avoir lieu le 27 janvier lors du projet Stevenson-Alvarez. Ce fut finalement au Casino, et avec une bourse amincie, que la confrontation a eu lieu. La confirmation du combat revenge, nous vous l’avons annoncé le 21 avril. Mais, Rixa a choisi de ne pas tenir de gala à la mi-juin suite à la proposition de GYM de mettre  Lafrenière-Onolunose 2 en demi-finale le 29 juin. On connaît la suite, le manque flagrant d’intérêt pour la finale et les problèmes de Bossé avec la Régie forcent le promoteur à reporter son événement la veille du mariage de Lafrenière, difficile de manquer plus de classe que ça.

Récemment, les négociations entre Lafrenière et Butler ont refait les manchettes. Camille Estephan a fait une proposition très alléchante, mais au lieu de respecter le processus normal, qui est de contacter le gérant du boxeur, il a fait son offre directement au boxeur et sans avoir obtenu de confirmation définitive l’offre a été retiré après seulement 48 heures. On vous prédit qu’il y aura une phase 3 à cette négociation… peut-être au printemps 2019.

No 14 égalité : Patrice Volny – Champion canadien NABA, 160 livres

La dernière sortie du Montréalais a été aussi rapide qu’éclatante. En sous-carte de Stevenson-Jack à Toronto, il a passé le KO à Janks Trotter à la fin du premier round. Un résultat fort comparable à Steven Butler en octobre 2016. Champion canadien de la NABA, Volny se prépare actuellement pour son prochain combat, une possible seconde défense de son titre, qui devrait avoir lieu dans le courant du mois de septembre. D’ici là, son promoteur est pas mal occupé avec son protégé Samuel Vargas qui sera en Angleterre face à Amir Khan le 8 septembre.

Team Patrice Volny

 

One Comment

  1. Johnnypout@live.ca'

    Johnny Poutine

    14 juillet 2018 at 7 h 20 min

    Où est Christian Mbilli ????

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *