punchinggrace.com
Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Ces enfants ont-ils été sages?

David Lemieux et sa fille

Par François Bouchard

Comme c’est la tradition, instaurée l’an dernier, je m’improvise Père Noël et vous suggère les cadeaux que l’on souhaite en 2016 pour plusieurs de nos boxeurs.  Cette année, j’ai eu l’aide d’un lutin, en l’occurrence Jean-Luc Autret. À prendre évidemment avec un brin d’humour!

David Lemieux : Bien que notre Québécois ait combattu vaillamment contre Gennady Golovkin, la première chose que je lui souhaite est un peu d’humilité. Même si l’ex-champion IBF des poids moyens n’a pas gagné une minute contre le Kazakh, il a poussé l’audace jusqu’à dire que le combat a été arrêté trop tôt (alors qu’il venait d’absorber une douloureuse gauche au corps et se faisait tabasser au moment du cessez-le-feu) et qu’il s’apprêtait à revenir dans le combat. Je sais très bien que la boxe est un sport d’orgueil mais il y a une certaine limite!  Comme le Père Noël se sent généreux, on lui souhaite aussi un retour victorieux contre un adversaire de valeur, classé mondialement.

Kevin Bizier : Bizier est toujours sage, mais il n’a pas toujours ce qu’il veut. L’an dernier, je lui souhaitais la faveur des juges dans un combat serré. Il n’a pas eu cette faveur puisqu’il s’est passé des juges contre Fredrick Lawson. Il en aura cependant peut-être besoin lors de son combat contre le dangereux champion IBF des mi-moyens Kell Brook. Souhaitons-lui donc de causer la surprise et de rapporter la ceinture au Québec!

Jean Pascal : Quant à Jean, bien qu’il n’est pas aimé de tous, espérons que le Père Noël a autant de sentiments pour lui que l’auteur de ces lignes. Battre Sergey Kovalev n’est pas une mince tâche, alors espérons qu’il continue de nous faire honneur, et qui sait!

Kovalev Pascal 2 affiche

Dierry Jean : Il est triste que le sympathique boxeur qu’on surnomme « All In » soit retombé dans ses problèmes de dépendance, donc je lui souhaite simplement santé, bonheur et qu’il puisse trouver un havre de paix à travers le tourbillon émotionnel qu’il vit en ce moment.

Lucian Bute : L’ancien champion du monde a été impressionnant dans sa défaite contre James DeGale. Je lui souhaite Arthur Abraham. Je persiste et signe: compte tenu de l’adversaire, Bute a livré son meilleur combat à vie. Une victoire contre le surévalué champion allemand ferait taire davantage de critiques.

Mikael Zewski : De l’opposition solide et constante. On attend que le Père Noël lui fasse cette faveur depuis ses débuts professionnels.

Bermane Stiverne : Une mise en forme et une descente de poids chez les lourds-légers. Il est évident que perdre quelques livres ne lui ferait aucun tort. Impossible, vous direz, mais compte tenu de son petit gabarit chez les poids lourds, cela lui conférerait un certain avantage.

Mick Gadbois : Un bras gauche neuf et un combat pour un titre nord-américain.

Oscar Rivas et Sylvera Louis : Une revanche. Après tout, Louis a donné son plus dur test à Rivas et revient d’une défaite contre un boxeur invaincu. De plus, cela permettrait à Rivas de confirmer que son absence temporaire ne lui a pas nui et lui permettrait de n’avoir aucun doute sur sa supériorité face au propriétaire du Underdog Gym.

Adonis Stevenson : Je lui souhaite plusieurs choses: un affrontement contre Sergey Kovalev, ou au moins Eleider Alvarez, un bras droit et retrouver la faveur du public qu’il a perdue en 2015. On attend de grandes choses d’Adonis, qui demeure tout de même champion linéaire des mi-lourds. À grand pouvoir, grandes responsabilités!

Renan St-Juste et Francis Lafrenière : Le combat de la soirée le 30 janvier, une décision serrée et un second duel dans le courant de 2016.

Steven Butler : Un second duel contre Jaime Herrera. Butler a encore beaucoup de choses à prouver, malgré son talent. Effacer cette tache de son dossier serait une première étape.

Ghislain Maduma : Un combat local qui replacerait le sympathique poids léger avantageusement dans les classements mondiaux… Tony Luis?

Sébastien Bouchard et David Théroux : L’un et l’autre! Bouchard est bâti pour des duels locaux et Théroux cherche toujours à remonter la pente.

Caroline Veyre et Ariane Fortin-Brochu : Des médailles d’or aux Jeux olympiques!

Rio 2016

Michel Tsalla : Une victoire! Après tant de combats contre les recrues de la scène locale, il mérite un petit «break».

Batyr Jukembaev: Un retour victorieux. Il a été malchanceux à ses débuts mais nous savons tous qu’il a le talent pour rivaliser avec la crème des 140 et 147 livres.

Yves Junior Ulysse : Un classement mondial, rien de moins!

Guillaume Coudé: Un combat revanche face à Shakeel Phinn et, pourquoi pas, lors d’un gala des frères Grant, pour qu’autant ses supporteurs du Saguenay que de Sorel puissent le voir en action à RDS2.

Ayaz et Mian Hussain : Un combat à saveur local pour mieux se faire connaître du public.

Schiller Hyppolite : Un combat d’importance face à un adversaire connu mondialement et idéalement une présence à la télé américaine en même temps.

Artur Beterbiev : De la santé pour avoir de nouveau l’occasion de se battre dans un combat offrant comme récompense le poste d’aspirant obligatoire à l’IBF, le seul chemin probable pour lui pour obtenir un combat de championnat du monde.

Simon Kean : Des adversaires qui résistent plus que trois minutes à ses coups.

Marie-Eve Dicaire : Des adversaires qui la feront progresser et la possibilité de se battre à au moins trois reprises en 2016.

François Pratte : Une entente avec un promoteur.

Roody Pierre-Paul : Un second affrontement contre Jesus Singwancha. Une défaite par décision  majoritaire, ça mérite amplement une reprise.

Érik Bazinyan : Un premier combat de dix rounds en 2016 et un titre mineur chez les super-moyens.

Éric Martel-Bahoéli : Une victoire sur James Toney le 29 janvier prochain à Ottawa et un combat revanche face à Dillon Carman.

Erik Barrak : La retraite. La plaisanterie a assez duré.

Pour l’ensemble des amateurs : Après avoir eu des galas à Repentigny, Gatineau, Sorel-Tracy, Trois-Rivières, Chicoutimi et St-Jean-sur-Richelieu en 2015, on souhaite autant sinon plus de galas en région.

Pour l’ensemble des boxeurs : De plus grosses foules lors des gros galas à Montréal et à Québec.

Foule lors d'un gala de boxe

Aller à la barre d’outils