Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Que doit faire Jean Pascal pour vaincre Sergey Kovalev?

Par Martin Achard

Dans un article publié il y a quelques semaines, j’ai tenté de mettre en évidence certains éléments-clés du style de Sergey Kovalev qui contribuent à le rendre si redoutable et dominant comme boxeur. Aujourd’hui, je tâcherai d’expliquer ce que Jean Pascal doit faire pour obtenir du succès contre le «Krusher» lors de leur combat revanche, en tenant compte des caractéristiques et des habiletés respectives des deux boxeurs.

BoxingOBrienComme dans mon précédent article, j’utiliserai les enseignements renfermés dans le livre publié par l’ancien champion du monde des mi-lourds Philadelphia Jack O’Brien. En plus d’être généralement considéré comme un grand classique, cet ancien manuel de boxe a l’avantage de discuter des manières dont un boxeur peut effectivement contrer un adversaire qui, à l’instar du démolisseur russe, excelle dans l’art de lancer des «leads» ou – comme on dit aujourd’hui pour désigner des «leads» de la main avant – des «power jabs».

Deux stratégies qui, pour Pascal, seraient vouées à l’échec

Sur le plan de la théorie pure, il existe évidemment plus d’une façon de contrecarrer les meilleures armes de Kovalev et de lui donner du fil à retordre dans un ring. Toutefois, seul un pugiliste qui posséderait toutes les qualités physiques possibles et toutes les habiletés de boxe imaginables (c’est-à-dire une sorte de surhomme!) pourrait arriver à mettre en œuvre efficacement toutes ses façons. Dans la réalité, chaque boxeur possède plutôt un nombre limité de bonnes ou d’excellentes capacités, de sorte que, lorsqu’il est confronté à un adversaire de toute première valeur, pratiquant avec brio un certain style de boxe, il devra choisir les solutions stratégiques qui lui conviennent et peuvent être réalistement appliquées par lui, et mettre de côté celles qui requièrent des points forts différents des siens. Je commence donc par exposer deux approches qui permettraient à certains boxeurs dotés de qualités et d’habiletés précises d’obtenir du succès contre Kovalev, mais qui n’apparaissent pas recommandables ou réalistes pour Jean Pascal.

Tenter de battre Kovalev à son propre jeu 

Comme je l’ai fait ressortir dans mon précédent article, Kovalev arrive normalement à s’imposer dans le ring grâce à son efficacité particulière à longue distance, qui tient à sa capacité à maximiser sa portée et à lancer avec la main avant des coups droits véritablement lourds et puissants, qu’il est plus exact d’appeler des «leads» ou des «power jabs» que simplement des «jabs».

11025126_792436740825743_8487052096228879918_nJe ne crois pas qu’il soit nécessaire d’argumenter longtemps pour convaincre que Pascal n’arriverait jamais à prendre la mesure du «Krusher» en tentant de le battre à son propre jeu, c’est-à-dire en ayant comme principale stratégie d’attaquer de loin et de lui livrer une guerre de coups droits et longs. D’une part, comme on sait, le Québécois n’aime guère utiliser le jab, et il n’a jamais démontré au cours de sa carrière une maîtrise du «lead» de la main avant ou «power jab». D’autre part, même si, le 30 janvier, il montait dans l’arène avec la résolution ferme de lancer autant de mains avant que le Russe, il lui faudrait encore, pour contrer la meilleure portée de Kovalev, faire preuve d’un sens de la distance et d’un «timing» exceptionnels, et ce, d’une façon absolument constante; or ce type d’habiletés, propre aux meilleurs artistes du jab, ne peut bien entendu être développé et s’acquérir dans un gymnase en quelques mois.

Qu’on ne me comprenne pas mal toutefois: dire que Pascal ne pourrait pas battre Kovalev à son propre jeu ne signifie pas qu’il ne devrait jamais l’attaquer en situation d’outfighting. Bien au contraire, Pascal a intérêt, pour éviter d’être trop prévisible et accroître entre autres l’efficacité de ses feintes, de pratiquer une boxe au moins un peu diversifiée, ce qui veut dire une boxe comportant, à l’occasion, des attaques lancées à longue distance. Nous avons d’ailleurs eu droit à quelques beaux exemples de ce type d’attaque dans le premier combat Kovalev-Pascal, par exemple dans les dernières secondes de cette séquence, où le Québécois évalue bien sa portée, lance des coups vifs et capte manifestement l’attention de son rival.

Le fait demeure cependant que, pour Pascal, s’engager dans une guerre de mains avant pendant la majeure partie des rounds ne saurait constituer, contre un maître du combat à longue distance comme Sergey Kovalev, la clé de la victoire.

Se transformer en «pressure fighter»

box_a_frazier_foreman_600Je devine que certains lecteurs ont sursauté en lisant le titre de la présente sous-section, qui implique que, pour certains pugilistes, se transformer en «pressure fighter» serait une bonne stratégie à adopter contre l’actuel champion IBF, WBA et WBO des mi-lourds. En effet, n’est-il pas évident que Kovalev est doté d’une force de frappe exceptionnelle? Or n’est-il pas connu que normalement, dans un affrontement entre cogneur et «pressure fighter», le premier aura l’avantage, puisque le «pressure fighter» avance, pour ainsi dire, dans la force de frappe du cogneur? Aurais-je oublié les grands exemples que l’histoire de la boxe donne de ce fait, comme les deux affrontements entre George Foreman et Joe Frazier?

Une raison précise fait toutefois ici que la règle normale ne s’appliquerait pas. Elle tient au fait que, comme je l’ai souligné dans mon précédent article, Kovalev arrive la plupart du temps à mettre autant de puissance dans ses coups parce qu’il applique à la perfection une technique particulière, soit celle du «falling step», grâce à laquelle le poids de son corps est projeté sur son pied avant, et donc par ricochet dans ses frappes. Or cette technique n’est applicable par le «Krusher» que s’il possède suffisamment d’espace pour avancer dans le ring. Si on le prive de la possibilité d’aller vers l’avant, en le faisant par exemple reculer comme saurait le faire un bon «pressure fighter», il deviendra alors incapable d’utiliser ce qui constitue son arme peut-être la plus redoutable. À l’intention de ceux qui douteraient ici de la justesse de mon analyse, je me permets de citer une entrevue que j’avais faite avec Darnell Boone il y a une dizaine de mois, et dans laquelle j’avais demandé à celui qui, en 2010, avait perdu une décision partagée contre Kovalev, quelle avait été sa stratégie pour donner au monstre de Kopeïsk une si coriace opposition. Voici la réponse de Boone: «J’avais choisi d’avancer vers lui et de l’attaquer, sans m’attarder au fait qu’il est physiquement gros et puissant. L’idée était de le faire boxer en reculant, ce qu’il éprouve de la difficulté à faire».

11025180_792437894158961_4409557802005865527_nEn théorie, se transformer en «pressure fighter» est donc une bonne stratégie à adopter contre Kovalev, mais dans les faits, elle ne saurait convenir à Jean Pascal. Pourquoi? La réponse est un peu la même que pour le point précédent: tout simplement parce qu’un tel style de boxe est trop peu conforme à sa nature. Il suffira de rappeler que les bons «pressure fighters» sont normalement capables de boxer avec énergie du début à la fin de tous les rounds. Or Pascal, comme on sait, est plutôt un combattant qui alterne entre explosions et périodes de passivité relatives dans le ring. Par conséquent, il serait trop lui demander d’effectuer un changement aussi radical de son style.

Il paraît cependant que Pascal était conscient, lors de son premier duel contre Kovalev, de la difficulté pour le Russe de boxer sur le pied arrière, car il semblait faire partie de sa stratégie d’effectuer, ici et là, des charges rapides vers l’avant afin de le faire reculer. Voici trois exemples de ce fait.

Employé occasionnellement, ce type d’attaques peut contribuer à donner une certaine diversité à la boxe de Pascal, et donc avoir des bons côtés. Mais il est clair que celui qui est maintenant entraîné par Freddie Roach ne pourrait se donner comme stratégie le 30 janvier de multiplier les charges brusques vers l’avant. S’il avait en effet trop souvent recours à ce procédé, l’effet surprise se dissiperait rapidement et Kovalev deviendrait alors meilleur dans l’art de «timer» Pascal lorsqu’il fonce, avec de plus en plus de résultats comme celui illustré dans cette séquence.

La solution: esquiver et contre-attaquer

Des exemples de cette stratégie appliquée avec succès dans le premier combat

Il y a malgré tout de l’espoir pour Pascal dans le combat revanche, car force est de reconnaître qu’il a su exécuter avec brio en un certain nombre d’occasions, lors du premier affrontement, ce qu’il doit faire pour connaître du succès contre Kovalev. Je laisse Philadelphia Jack O’Brien expliquer le principe sur lequel doit reposer la stratégie du Québécois: «Chaque “lead” lancé par un adversaire», écrit O’Brien, «crée une ouverture momentanée dont il faut profiter instantanément, ou elle disparaîtra. La bonne contre-attaque doit donc être lancée avec la rapidité de l’éclair, de façon plus ou moins instinctive».

Contre-attaquer implique cependant, comme première étape, d’éviter de se faire atteindre d’une façon dommageable par le «lead». Or parmi les méthodes défensives qui existent, celles qui impliquent une esquive complète, plutôt qu’un bloc, sont de très loin préférables. Pourquoi? Tout d’abord, parce qu’une esquive complète permettra de répliquer avec n’importe lequel des deux bras, alors qu’un bloc ne laissera normalement, pour répliquer, que le bras n’étant pas impliqué dans la manœuvre défensive (autrement dit, un boxeur qui bloque un coup avec le bras droit ne pourra généralement répliquer qu’avec le bras gauche). Mais surtout, comme l’explique O’Brien, un vrai coup de puissance comme un «lead», même s’il est stoppé, «causera pendant un instant un déséquilibre, qui rendra vulnérable à d’autres coups ou, du moins, empêchera de contre-attaquer». Voici quelques exemples de ce fait.

O’Brien aurait donc froncé les sourcils en entendant Pascal expliquer il y a quelques semaines à la télévision qu’il entendait, lors du combat revanche, utiliser davantage la technique du bloc avec le gant droit pour se protéger de la main avant de Kovalev. S’il voulait dire par là qu’il utilisera la position de son gant comme une seconde ligne de défense lorsqu’il s’avère incapable d’esquiver, alors il s’agit évidemment d’une bonne idée. Mais s’il voulait dire qu’il va remplacer des esquives par des blocs, alors c’en est une très mauvaise. 11013385_792436230825794_2975709940752041149_nNous avons ici un exemple qui démontre que la distinction entre «jab» et «lead» n’est pas qu’une subtilité terminologique sans conséquences. Elle permet au contraire d’affirmer, ce qui prendra une forme concrète dans le ring, qu’il est beaucoup moins recommandable de bloquer un «lead» qu’un simple «jab», étant donné la puissance du «lead» qui, s’il est bloqué plutôt qu’esquivé, laissera en déséquilibre et produira donc un résultat positif pour l’adversaire.

S’il veut connaître du succès contre Sergey Kovalev, Pascal a plutôt avantage à s’inspirer de ces passages de leur premier duel, où il esquive de belle façon les coups du Russe et contre-attaque aussitôt. Je commence par montrer toutes les séquences, dans leur ordre chronologique, puis j’effectuerai trois remarques de détail.

Ces extraits laissent d’abord apparaître que Pascal, à son meilleur, possède ce qu’O’Brien appelle un «cerveau d’athlète», c’est-à-dire la capacité de percevoir et de réagir rapidement. Ils démontrent aussi que le Québécois est, défensivement, un excellent boxeur, capable d’exécuter à la perfection une technique difficile à bien réaliser en situation de combat, à savoir le «slip», qui demande à la fois «un bon coup d’œil, un bon jugement de la distance, du “timing”, et une coordination fluide entre le cerveau, le tronc, la tête et les bras».

Les extraits laissent par ailleurs voir pourquoi il est une excellente stratégie, contre un boxeur du type de Sergey Kovalev, d’esquiver et de contre-attaquer immédiatement, «avec la rapidité de l’éclair». Nous touchons ici au point où la tendance du «Krusher» à projeter son poids sur son pied avant, normalement l’une de ses toutes meilleures armes, peut être retournée contre lui et devenir une énorme faille. Car en projetant ainsi son poids vers l’avant, Kovalev augmente évidemment l’impact du coup qu’il devra encaisser si un adversaire arrive à éviter son attaque et à l’atteindre solidement en contre-attaque. Pour effectuer une comparaison, le choc sera le même que si deux voitures effectuaient un face-à-face. Une séquence en particulier démontre on ne peut plus clairement ce fait parmi les extraits montrés plus haut. La voici de nouveau. Vous noterez que Pascal y fait manifestement mal à Kovalev avec une droite au corps. La grimace du Russe et son besoin d’accrocher sont ici très révélateurs.

Les séquences montrées plus haut laissent enfin voir un point par rapport auquel Pascal pourra apporter une amélioration dans le second combat. Vous aurez en effet peut-être remarqué que, dans la grande majorité des extraits, le Québécois lance comme premier coup de sa contre-attaque un coup donné avec le même bras que celui avec lequel Kovalev a donné son dernier coup. Autrement dit, si le dernier coup du Russe est une droite, il réplique en premier lieu avec une droite, et vice-versa. Cette façon de faire est contraire aux prescriptions données par O’Brien, qui recommande plutôt de «répliquer d’abord avec le bras situé du même côté que le coup lancé par l’adversaire». Autrement dit, de répliquer avec la droite si l’adversaire lance une gauche, et vice-versa. Cette recommandation tient au fait que le côté où le bras de l’adversaire est déplié présentera normalement la plus grande ouverture. Voici un exemple des succès que pourrait avoir Pascal s’il respecte plus souvent cette règle. Dans cet extrait, le Québécois est dos aux câbles et encaisse dans un premier temps deux mains avant appliquées au corps, mais il se sort brillamment de la situation en plaçant l’un de ses meilleurs coups du combat, soit une droite à la mâchoire par-dessus la gauche de son rival.

Le vrai défi pour Jean Pascal

Mais si Pascal a montré dans le premier combat qu’il était capable de contre-attaquer efficacement, ce qui en principe constitue pour lui la clé du succès contre Kovalev, alors pourquoi a-t-il subi, dans ce combat, la défaite? La réponse à cette question est simple: parce qu’il n’a contre-attaqué qu’à l’occasion. Beaucoup trop souvent, en effet, le natif de Port-au-Prince s’est contenté d’esquiver les frappes du Russe, sans répliquer immédiatement. Voici de nombreux exemples de ce fait.

Il n’existe aucun doute que si Philadelphia Jack O’Brien avait vu Pascal demeurer aussi souvent passif face aux attaques de Kovalev, il aurait porté un jugement assez sévère sur sa performance. Comme il l’écrit en effet: «Si vos deux bras sont disponibles pour lancer des coups et si vous ne contre-attaquez pas, alors VOUS NE BOXEZ MÊME PAS. Par conséquent, donnez-vous comme règle de contre-attaquer chaque fois que vous esquivez un coup».

Deux problèmes au moins sont créés par le fait de trop souvent esquiver sans contre-attaquer. Outre bien entendu qu’une telle passivité permet à Kovalev de marquer facilement des points aux yeux des juges, en vertu du critère de l’agressivité, elle fait qu’il est possible pour le «Krusher» d’enchaîner les frappes et de continuer à attaquer après une ou deux esquives réussies. Or si on laisse Kovalev boxer ainsi, il s’ensuivra tôt ou tard le résultat illustré par cette séquence, à savoir un coup qui touche finalement la cible et cause des dégâts.

La bonne approche pour Jean Pascal serait donc, dans le combat revanche, de répliquer beaucoup plus systématiquement aux attaques de Kovalev, et ce, dès le tout premier round. Certes, il existera alors un risque pour Pascal – dont l’endurance a déjà été remise en doute – de s’épuiser. Mais s’agirait-il vraiment pour le Québécois d’un plus grand risque que de trop souvent permettre à Kovalev, comme dans leur premier affrontement, d’enchaîner les coups? En fait, si Pascal commençait le duel en force et contre-attaquait de façon constante et résolue, il imposerait alors probablement au Russe un respect tel que ce dernier deviendrait plus hésitant, ce qui créerait dans l’action des pauses propices à la recharge des énergies.

11062365_792437697492314_8603329935016360486_nDit autrement, je pense que, même si Pascal doit assumer le rôle de contre-attaquant, il lui faut trouver une façon de dicter le déroulement et l’évolution de l’action, deux points par rapport auxquels Kovalev a eu nettement l’avantage lors de leur premier duel. Si donc vous voyez Jean Pascal contre-attaquer trop peu souvent dans les premières minutes du combat du 30 janvier, et laisser par le fait même son rival boxer à sa manière, attendez-vous à ce que le destructeur russe atteigne de nouveau son objectif, à savoir «krusher» Pascal. Si, en revanche, le Québécois arrive à intimer d’entrée de jeu le respect à Kovalev et le force à modifier son comportement dans le ring au moyen de contre-attaques répétées et bien placées, il pourra alors espérer un meilleur résultat.

Crédit photo: PhotoZone

13 Comments

  1. s_y_l_27@hotmail.com'

    sylvain carrier

    8 janvier 2016 at 19 h 33 min

    Superbe analyse M.archand Pascal a intérêt a se concentre sur s es forces: cest a dire sa contre attaque rapide et surnoise car avec si peu de temps de préparation il na définitivement pas le temps de changer complètement son style.Cependant il devra attaquer aussi le premier quelque fois sinon kovalev s’adaptera rapidement .Tres bon combat en perspective, pascal a été competitif au premier duel malgré le fait quil etait inactif depuis longtemps.Et avec l’ajout de Freddie roach ont peu s’attendre a un combat plus compétitif.

  2. 12 rounds

    9 janvier 2016 at 15 h 20 min

    Merci de votre commentaire Sylvain! C’est très apprécié.

  3. stremblay@hotmail.com'

    Sylvain

    11 janvier 2016 at 10 h 14 min

    Je ne laisse jamais de commentaire sur des forums mais cette fois-ci, je me dois de le faire. Je vous félicite sur cette analyse en profondeur digne des meilleurs analystes de boxe.
    J’espère que quelqu’un de l’équipe de Jean Pascal lira cet article et saura en tirer profits.
    Merci

    • 12 rounds

      11 janvier 2016 at 16 h 50 min

      Merci d’avoir pris le temps de commenter Sylvain! Tes compliments nous encouragent à continuer à faire ce type d’analyses.

      • cgpay39@yahoo.ca'

        Charles

        12 janvier 2016 at 17 h 14 min

        Très belle analyse en effet. Cependant, ce qu’on entend du camp avec Roach, il ne semble pas s’inquiété du lead de Kovalev. Il parle surtout de sa droite, p-être une stratégie par contre pour ne pas dévoilé leur jeu. On verra bien.

        • 12 rounds

          13 janvier 2016 at 12 h 25 min

          Nous avons remarqué la même chose que toi Charles. Or dans l’extrait montré dans l’article plus haut où Kovalev sonne Pascal, il le fait avec sa gauche. Donc pourquoi dire que la droite surtout suscite des inquiétudes? Nous pensons donc qu’il s’agit d’une stratégie de Roach, qui ne veut pas dévoiler le jeu du camp Pascal.

  4. cgpay39@yahoo.ca'

    Charles

    13 janvier 2016 at 16 h 53 min

    Kovalev est effectivement puissant des 2 mains. Je crois aussi que le plus gros problème qu’a eu Pascal dans le premier combat est la main avant de Kovalev, qui lui arrivais en plein poire bien trop souvent. Il devra faire mieux pour l’éviter et par la suite la contrer par dessus avec sa droite, sinon le combat va être pénible encore une fois.

  5. Pingback: Sondage: Kovalev-Pascal 2, qui l'emportera?

  6. myloubel@hotmail.com'

    Mylène

    28 janvier 2016 at 8 h 41 min

    Quel article intéressant et ludique. Merci pour cette analyse aussi bien documenté et juste dans le propos. Nous allons regarder le combat avec un regard différent.

  7. ytheriault@live.ca'

    Yanick

    29 janvier 2016 at 10 h 49 min

    Quelle superbe analyse. Difficile de trouver mieux sur la planète boxe. Vous ne faites qu’augmenter mon intérêt pour un sport qui me passionne déjà! Merci!

  8. Pingback: Jean Pascal: un boxeur instinctif et peu technique?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *